Fermer la publicité

Bel Transports poursuit sa route avec Ulysse Transports Express

Loire le 09 mars 2015 - Aline Vincent - Économie - article lu 1368 fois

Bel Transports poursuit sa route avec Ulysse Transports Express

Partenaires depuis 20 ans, Frédéric Bel, fondateur et dirigeant des transports éponymes à Riorges et Gérald Hédirian, à la tête d'Ulysse Transports Express à Saint-Jean-Bonnefonds, ont conclu un accord de reprise.

La société a changé de mains le 1er janvier 2015. « Je ne cherchais pas spécialement à vendre mon entreprise, témoigne Frédéric Bel, fondateur en 1984 de l'activité de transporteur-distributeur local de colis et messageries rapides, également « dégroupeur » de confrères d'enseignes nationales sur un rayon de 50 km. « En revanche, je savais que je devais prendre les bonnes décisions pour continuer à avancer intelligemment face aux nouvelles exigences du secteur de la messagerie. L'activité stagnait, la rentabilité aussi. Si je ne faisais rien, je pouvais me retrouver face à des difficultés dans les proches années ».

Son confrère et partenaire Gérald Hedirian, dirigeant de la société stéphanoise Ulysse Transports Express, était lui équipé des moyens qui manquaient à Riorges, notamment concernant la traçabilité. « C'est en échangeant ensemble que cette solution a mûri. Nous sommes finalement tombés sur un accord de reprise ». De son côté, Gérald Hedirian précise de la même façon qu'il n'y avait pas au départ de volonté de racheter. « Nous avions toujours travaillé en bon entendement, en prenant garde à ne pas nous marcher sur les pieds. Nous avions le même profil de clientèle, mais mon entreprise intervient essentiellement sur une partie du Rhône, en Haute-Loire et en Ardèche. Bel Transports est reconnu pour la qualité de son service. Ce qui faisait la différence entre nous, c'est que nous sommes dotés de moyens nouveaux permettant de répondre aux nouvelles exigences d'une clientèle de plus en plus demandeuse de traçabilité. Cela aurait exigé de Frédéric Bel des investissements qu'il ne se sentait pas en mesure de faire ».

Par ailleurs, Frédéric Bel tenait à un point : que l'avenir et les conditions de travail de sa quinzaine de salariés soient préservés. « Il cherchait quelqu'un qui lui ressemble, qui tienne compte de ce facteur humain. Nous nous connaissons depuis 20 ans et nous avons toujours entretenu d'excellentes relations commerciales, ayant des clients communs. Nous sommes toujours restés soudés et avons toujours travaillé dans le même esprit ». Quant à Frédéric Bel, à 55 ans, il compte bien se donner un nouveau challenge pour les 10 prochaines années.

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide