Fermer la publicité

BD : Charlemagne, le roi qui devint empereur

Loire le 21 août 2014 - Mathieu Ozanam - Culture - article lu 1063 fois

L’historienne Geneviève Bührer-Thierry, assistée des scénaristes Clotilde Bruneau et de Vincent Delmas, a travaillé avec le dessinateur Gwendal Lemercier à une biographie dessinée de Charlemagne, « le roi qui devint empereur ».

Un album qui s’inscrit dans la collection « Ils ont fait l’histoire » des éditions Glénat alors que nous commémorons en cette année non seulement le centenaire de la Première Guerre mondiale, mais également le 1 200e anniversaire de la mort de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, le 28 janvier 814 très précisément.

Des épisodes s’enchaînent dans cet album, il domine l’idée que ce fut un roi guerrier confronté à des guerres incessantes. Il intervient à l’appel du nouveau pape qui se voit menacé par le roi des Lombards, il se rend en Espagne à la demande des élites musulmanes de Saragosse en 778 en révolte contre l’émir de Cordoue. Mais une fois sur place celles-ci ont été remplacées et Charlemagne doit battre retraite alors même que les Saxons menacent les frontières orientales. Les guerres avec les Saxons seront violentes et dureront une dizaine d’années. Il doit faire face à un complot d’une partie des aristocrates auquel participe son fils en 792. Dans cette conquête de l’Europe, Charlemagne s’appuie sur l’Eglise qui a autant besoin de lui, que lui d’elle. L’album se conclut en majesté non sur sa mort, mais sur son couronnement impérial le 25 décembre 800. Un titre qui s’était perdu depuis la chute de l’empire romain d’occident en 476.

Le lecteur commencera à lire avec profit en premier lieu le dossier documentaire qui accompagne la bande dessinée pour se donner quelques points de repère.


Mathieu Ozanam

Charlemagne, de Bührer-Thierry, Bruneau, Delmas et Lemercier, co-édition Glénat et Fayard, 14,50 €.




À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide