Fermer la publicité

Barraux : un développement économique maîtrisé

Isère le 27 mai 2015 - Laurent Marchandiau - Collectivités locales - article lu 704 fois

Barraux : un développement économique maîtrisé
DR - Christophe Engrand, maire de Barraux.

Comptant 1 897 habitants, la commune de Barraux située dans le Grésivaudan à proximité de Pontcharra et à une vingtaine de kilomètres de Chambéry multiplie ses investissements en faveur de l'économie locale, en particulier, avec la création du parc d'activités du Renevier. Entretien avec Christophe Engrand, son maire.

La commercialisation du parc d’activités du Renevier est en cours. Pourquoi avoir créé cette zone ?

De nombreuses entreprises sur notre commune sont situées en centre-ville ce qui n’est pas toujours pratique au niveau de l’accessibilité. En initiant la création de cette zone de 2,8 ha, il y a 15 ans, nous avons anticipé les besoins de ces sociétés cherchant non seulement à s’étendre – ce qui est difficile en centre-ville –, mais aussi en leur octroyant une meilleure visibilité et accessibilité. Le parc d’activités du Renevier a une vocation commerciale et artisanale. Elle dispose de 14 parcelles allant de 1 000 m² à 6 000 m² au prix de 50 € HT le m².

Quels sont les atouts de cette zone ?

Le parc d’activités du Renevier s’inscrit dans le prolongement de la zone d’activités de la Gâche. Idéalement située entre Grenoble et Chambéry, en plein cœur du sillon alpin, elle est à proximité du réseau autoroutier via l’A 43 permettant à la fois d’atteindre Genève et Lyon, mais aussi l’Italie. Quatre aéroports sont facilement accessibles de ce fait (Chambéry, Grenoble Saint-Geoirs, Lyon Saint-Exupéry et Genève). D’autre part, elle longe la route départementale 1090 très fréquentée tout en offrant un cadre magnifique entre les massifs de Belledonne et de Chartreuse. À noter qu’elle se situe non loin de la future gare de Montmélian de la ligne LGV Lyon-Turin.


Comment avez-vous financé cette zone ?

C’est un projet qui a démarré il y une quinzaine d’années. Les municipalités successives ont acheté au fur et à mesure les terrains pour un coût estimé entre 250 000 et 300 ààà €, auquel s’ajoute le prix de l’aménagement de la zone (viabilisation des parcelles, réseaux électricité / gaz / eau, éclairage public et espaces verts), soit 1,3 M€. La commune de Barraux a pris en charge l’intégralité de cet investissement, financé à la fois par ses fonds propres et un prêt bancaire.

Comment une petite commune comme la vôtre a pu investir autant dans ce projet ?

L’investissement a été étalé sur plusieurs années. Au niveau économique local, entre 900 000 € et 1 M€ d’anciennes taxes professionnelles (TP) nous est reversé du fait de la présence de la carrière, de la fonderie et de petites industries sur notre territoire. Malgré la diminution des dotations de l’État, nous nous estimons chanceux d’avoir encore des retombées de l’ex-TP. La création de cette zone d’activités va également nous permettre de développer le tissu économique local et de bénéficier de retomber. D’ailleurs, la coopérative Dauphinoise devrait s’installer sur 6 500 m² sur notre parc d’activités du Renevier, d’autres dossiers d’artisans locaux ont déjà fait des demandes administratives afin d’envisager une éventuelle implantation sur ce secteur.

Quelles sont vos perspectives ?

Depuis 4 à 5 ans, nous travaillons sur notre plan local d’urbanisme afin de protéger notre patrimoine tant urbain que naturel. À ce titre, nous comptons redonner un rôle prépondérant et fédérateur au Fort-Barraux avec notamment la volonté d’accueillir des bureaux pour des activités tertiaires ou d’artisanats, mais aussi des espaces de restauration, une offre d’hébergement touristique… Une étude est en cours. Il faut savoir que le fort a été classé comme monument historique en 1990 et accueille à ce jour quelques associations et plus de 5 000 visiteurs chaque année. Notre objectif est de sauvegarder et de valoriser ce patrimoine.

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

 

Barraux en bref​

Située dans le haut Grésivaudan, sur la rive droite de l’Isère, Barraux compte, au dernier recensement, 1 897 habitants. Le centre du village dispose de quelques commerces de proximité et s’avère à moins de trois kilomètres de Pontcharra. Son budget de fonctionnement est de l’ordre de 5,5 M€. Appartenant à la communauté de communes du Pays du Grésivaudan, elle dispose d’un important patrimoine historique, d’abord par son fort qui la surplombe édifiée par le duc Charles Emmanuel Ier de Savoie puis réaménage par Vauban dès 1692, mais aussi par son centre renommé de fabrication de gants autrefois installé dans le quartier du Carré.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide