Fermer la publicité

Banque - 2013, une « année de conquête » pour la Caisse d’épargne

Loire le 24 avril 2014 - Mathieu Ozanam - Actualités - article lu 824 fois

Banque - 2013, une « année de conquête » pour la Caisse d’épargne
Une année 2013 encourageante pour Celda (D.R.)

Comme en 2011 et en 2012, le contexte économique de l’année 2013 a été tendu : le PIB a très légèrement progressé et le taux du Livret A, produit historique des Caisses d’épargne, a été ramené à 1,25 % l’an dernier.

Mais les résultats financiers de la Celda sont au rendez-vous.
Le produit net bancaire de 2013, équivalent pour les établissements bancaires du chiffre d’affaires, est de 211,7 M€. La hausse du PNB est de 4,75 % par rapport à 2012 (202,1 M€) et de 2,46 % par rapport à 2011 (206,6 M€). Une progression imputée au niveau des crédits octroyés et à la baisse des taux réglementés. « Les engagements de crédits ont augmenté de 12 % par rapport à 2012, alors même que l’on dit les banques frileuses, fait remarquer Pascal Rebillard, président du directoire. L’année a été exceptionnelle sur l’immobilier avec un point de parts de marché en plus sur ce marché. » Une part de la clientèle vient des particuliers qui profitent de la faiblesse des taux de crédit pour renégocier leur prêt immobilier. Les dirigeants de la Caisse d’épargne se plaisent à souligner que leur banque est la première en France à avoir obtenu la certification Afnor pour son activité de traitement des crédits immobiliers. Un label qui valorise leur démarche de qualité et de rapidité du service en la matière. Les nouveaux engagements de crédits tous marchés confondus se situent à 1,3 Md€ en 2013.
La banque de détail, qui concerne le marché des particuliers et des professionnels, voit son encours de collecte progresser de 1,6 % avec 11,6 Md€ dont 11,3 Md€ pour les particuliers et 3 Md€ d’encours sur le Livret A. Le marché des professionnels voit l’encours de ses crédits progresser de 9 % à 262 M€. Sur les trois départements la part de marché a crû de 2  % en l’espace de 4 ans.
Sur son activité de banque de développement régional, l’encours total des crédits est de 1,7 Md€ avec un encours de collecte qui a augmenté de 2 % à 373 M€ « essentiellement du fait des marchés de l’entreprise et de l’économie solidaire ». Les financements aux entreprises ont évolué de 7 % en termes d’encours de crédit.

Mathieu Ozanam


En chiffre :

PNB : 211,7 M€ (+ 4,75 %)
Charges de fonctionnement : 141,9 M€
Résultats net comptable : 32 M€
Effectif : 1 177 salariés
Agences : 155
Clients : 782 000
Sociétaires : 126 000
Intérêt aux parts sociales : 2,62 %


Pas de fusion en vue

Alors que le Premier ministre envisage de diviser par deux le nombre des Régions, la Caisse d’épargne Loire-Drôme-Ardèche et la Caisse d’épargne Rhône-Alpes peuvent-elles faire l’économie de la question ? Régulièrement abordé, le sujet n’est pas évacué par les dirigeants de la Celda, même s’il n’est pas à l’ordre du jour.
« Nous avons mis en place entre les mois de mai et de septembre une consultation pour recueillir l’avis des membres du directoire et des personnels, explique Catherine Amin-Garde, présidente du conseil d’orientation et de surveillance (Cos). Nous nous sommes posés la question en imaginant les perspectives à 2-3 ans avec les nouvelles contraintes réglementaires, en pesant les contraintes et les avantages. A l’unanimité, chacun s’est dit que l’essentiel est de faire son métier de banquiers et notre périmètre sur 3 départements est suffisant. » Le projet de stratégique 2014-2017 a été adopté par le Cos en octobre 2013. Dans le cadre d’une redéfinition des contours des régions, la Haute-Loire présenterait une logique de bassin de vie.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide