Fermer la publicité

Balade dans l’évolution ou l’histoire du vivant

Loire le 03 avril 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 584 fois

Balade dans l’évolution ou l’histoire du vivant
Fossiles figeant des formes végétales géantes de la période nommée le stéphanien (pendant le carbonifère), où s'est formé le gisement de charbon du bassin stéphanois (D.R.)

Cette troisième version de l’exposition qui propose une histoire du vivant a été augmentée de pièces nouvelles et remise à jour, tenant compte des dernières découvertes, comme celle de Toumaï au Tchad en 2001, le plus vieil hominidé connu, remontant à 7 millions d’années, 3 millions de plus que Lucy.

Cette découverte remet en question les théories jusque-là avancées sur la bipédie.
L’exposition s’appuie sur une collection de fossiles et de minéraux particulièrement riche de l’Ecole des mines de Saint-Etienne, alimentée de pièces recueillies dans les mines mais aussi de dons et d’acquisitions. Des pièces précieuses et singulières qui figurent dans l’exposition tels un œuf de dinosaure ou une dent de mammouth…
L’exposition s’articule en séquences autour des grandes ères de l’évolution, remontant à l’origine de la vie trois milliards d’années en arrière où apparaissent les bactéries discernables par des traces laissées sur des fossiles présentées dans l’exposition. Bond dans le temps dans une deuxième séquence, à 700 millions d’années en arrière, où l’on voit naître en milieu aquatique des animaux dits simples, comme les cnidaires primitifs, des espèces molles, ancêtres des anémones et méduses. Nouveau bond à – 500 millions d’années au cambrien pour découvrir une nouvelle faune aquatique à squelette externe : crustacées, arachnides. De beaux spécimens fossiles d’ammonites, des escargots géants qui peuplaient 80 % des mers, illustrent le propos. Ce sont bientôt les poissons qui peuplent les océans vers – 400 millions d’années.
La vie sort de l’eau vers -370 millions d’années avec les amphibiens, puis les insectes géants en raison de la composition atmosphérique très riche en oxygène. L’oxygène en abondance pousse aussi la végétation à l’exubérance, au carbonifère. La collection de fossiles issus des mines stéphanoises donnent une idée des formes végétales : fougères arborescentes, calamites géantes, etc.
Il y a environ 320 millions d’années à la fin du carbonifère apparaissent les premiers reptiles et il y a 250 millions d’années les premiers dinosaures qui règneront sans partage jusqu’à leur extinction vers – 65 millions d’années, sous l’effet conjugué d’un impact de météorite et d’une activité volcanique très intense. Avant cet épisode catastrophique, poursuit le récit de l’exposition, s’étaient développés les oiseaux et les mammifères, issus des reptiles dits mammaliens. Discrets sous le règne des dinosaures, sous la forme de petits rongeurs, les mammifères profitent de leur disparition pour prendre des dimensions exubérantes.
Apparaît l’homme sous des formes distinctes, dont l’exposition expose la diversité à travers des moulages de crânes. L’homme n’est pas admis dans cette exposition comme le terme de l’évolution ou l’expression la plus achevée mais comme une forme d’évolution parmi d’autres, qui ne sont pas avares de complexité.
L’exposition qui se parcourt en formule semi-guidée, propose aussi plusieurs espaces d’animation, sous forme d’ateliers : un chantier de fouilles, un atelier de moulage de fossiles et un jeu de plateau « trivial évolution », pour les enfants et toute la famille.

Daniel Brignon


La version 3 de l’exposition Balade dans l’évolution a été réalisée par Théo Drieu, Julie Fortin et Kévin Fauvre du CCSTI la Rotonde, avec pour référents scientifiques Jean-Luc Bouchardon, géologue à l’Ecole des mines de Saint-Etienne et Priscille Chapuis de la Drac Rhône-Alpes.
L’exposition qui se tient jusqu’au 5 juillet à la Rotonde (Ecole des mines de Saint-Etienne, 158 cours Fauriel) est ouverte au grand public, de 14 h à 17 h 30, tous les mercredis et tous les jours des vacances de Pâques (hors week-ends et jours fériés). Tarif : 3 €.
Les ateliers se tiennent par groupes de 20 personnes à des dates arrêtées et sur réservation au 04 77 42 02 78. Le chantier de fouilles sera ouvert ainsi au grand public à 16 h les 2, 23 et 28 avril, les 5, 6, 14 et 21 mai, puis les 11 et 25 juin. Le jeu trivial évolution sera animé pour le grand public à 16 h les 16 et 30 avril et le 4 juin. L’atelier fabrication de fossiles est programmé à 16 h les 9 et 29 avril, les 7 et 28 mai et le 2 juillet.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide