Fermer la publicité

Bâtiment - Débat chez Vicat à l’Isle-d’Abeau - Des solutions constructives en chanvre ?

Isère le 13 octobre 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1169 fois

Bâtiment - Débat chez Vicat à l’Isle-d’Abeau - Des solutions constructives en chanvre ?
Les participants à la table ronde (D.R.)

Le béton de chanvre est un mélange de ciment naturel, de végétal et d’eau.

Si technicité, réglementation, assurances des ouvrages questionnent encore, des réalisations existent (maison individuelle, logement collectif, rénovation, etc.). Des projets de filière émergent (Nord-Isère, Loire), se concrétisent (Auvergne). A Biovallée (26), on cultive 5 hectares pour se familiariser, sécuriser la technique. Construire avec des matériaux propres, locaux, innover, baisser les coûts… est-ce suffisant pour industrialiser une véritable filière ? Pour Gérard Gasnier, architecte, la maîtrise du processus rend le projet réaliste. MNBC allie performance, R&D, capitalisation pour un panneau fait de bétons armé et de chanvre. Développement du produit, avis techniques, investissements (machines, stockages) sont des étapes nécessaires. « La réussite passe par la motivation, des moyens, une bonne communication entre les acteurs et doit répondre aux attentes des maîtres d’ouvrage », complète Suzanne Le Thierry (CERIB). Pour Louis Buteau (Construction et bioressources), il faut une révolution chez les élus et responsables techniques. « Créer le lien entre agriculteurs, ingénieurs, politiques… prend du temps. Les filières doivent croiser leurs expériences », renchérit Laurent Charvoz (MNBC). De la culture aux premiers chantiers, en passant par le retour d’expériences, le stockage, la commercialisation…, les étapes doivent avancer en même temps. La coordination est nécessaire. « Des maillons de la chaîne sont en place, mais il n’est pas possible de produire s’il n’y a pas de chantiers », remarque Denis Sommain (Vicat). Des agriculteurs, élus… sont intéressés. Le groupe Vicat, par la bouche de Raoul de Parisot, directeur général délégué France, exprime sa volonté d’être un facilitateur pour avancer sur la piste de la filière en local.

CT



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide