Fermer la publicité

Au Coteau, 29 candidats sans étiquette

Loire le 23 janvier 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 854 fois

Sur les 29 candidats on compte 17 nouveaux : Muriel Carnus, Mickaël d'Andrea, Michel Doudon, Marielle Duivon, Fabien Frechet, Marianne Garrivier, Pascal Girardin, Jacques Mangin, Marianne Patin, Margareth Sibuet, Dominique Silvio, Martine Sirot, Sylvie Swietlicki, Franck Tournery, Norbert Vialle, Françoise Zerr, Jean-Paul Perrin.


Jean-Louis Desbenoit précise d'emblée : « c'est une liste d'ouverture, sans étiquette, composée de femmes et d'hommes de sensibilité, d'horizons et d'âges différents, issus de touts nos quartiers. » Ils se répartissent en 14 hommes et 14 femmes de 21 ans à 71 ans. Ils sont commerçants, chefs d'entreprise, cadres, retraités, professions libérales, étudiants... La plus jeune de la liste, 21 ans, est étudiante en communication. Dix appartiennent à l'équipe sortante et deux ont été par le passé au conseil municipal : Daniel Laquerbe et Jean-Paul Roche.
Jean-Louis Desbenoit soude son équipe autour de ce programme : écouter, moderniser, rassembler. Et il précise : « Le Coteau n'a pas besoin d'un parti politique. Il y a des opinions de droite et de gauche. Pour des municipales, on peut être sans étiquette mais sans étiquette ne veut pas dire apolitique. Si chacun d'entre nous a ses propres opinions, elles font  avancer le débat, nous n'en récusons aucune. Mon mode de gouvernance s'appuiera sur deux mots : pluralité et rassemblement. Au vu de la taille de notre commune je ne peux pas me permettre de privilégier une seule partie de la population. »
Il sait bien que le caractère propre du Coteau c'est la simplicité, l'ambiance bon enfant.  Il parle de « l'âme du Coteau » qu'il traduit par « convivialité, bon vivre, la dynamique des  entreprises et des associations. » Si on a reproché ici et là à la municipalité sortante de ne pas être assez à l'écoute le message a été reçu. « Etre à l'écoute de vos besoins, de vos rêves aussi, voilà les bases de notre projet » assure Jean-Louis Desbenoit.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide