Fermer la publicité

Attentats de Paris : les premières réactions dans la Loire et les mesures du préfet

Loire le 14 novembre 2015 - La Rédaction - Société - article lu 1022 fois

Attentats de Paris : les premières réactions dans la Loire et les mesures du préfet
Licence Creative Commons par Mith - Drapeau français qui flotte à Angers

Les premières réactions des élus se sont multipliées à Saint-Etienne et dans la Loire à la suite des attentats perpétrés vendredi 13 à Paris. Les candidats aux élections régionales ont suspendu leur campagne et le préfet de la Loire a indiqué les premières mesures qui découlent de l'état d'urgence.

Les premières réactions aux attentats de Paris sont venues de Jean-Jack Queyranne. Le président socialiste de la région Rhône-Alpes était en réunion publique à Saint-Etienne quand il a appris que des attaques étaient en cours.

Il a fait savoir par voie de communiqué sa décision de suspendre sa campagne. « Par respect pour ceux qui sont tombés, victimes de ces actes de barbarie, j’ai demandé immédiatement à mes équipes de suspendre la campagne électorale. »
Il poursuit : « J’apporte mon entier soutien au Président de la République, au gouvernement et aux forces de sécurité et de secours pour lutter contre le terrorisme et préserver l’unité de la Nation. Je m’incline devant la douleur des familles et de leurs proches », a-t-il conclu.

C’est par un tweet que le candidat du Front national à la région, Christophe Boudot, a également fait savoir qu’il suspendait sa campagne.

 

Depuis la Chine où le maire de Saint-Etienne participe à un déplacement de l’association des maires des grandes villes de France (AMGVF) pour une rencontre consacrée aux villes connectées et durables, Gaël Perdriau a également réagi en invitant « l'ensemble des Stéphanois, dans le calme, à la plus grande vigilance et à se montrer respectueux des obligations découlant de l'instauration de l'état d'urgence afin de faciliter le travail des forces de l'ordre », état d’urgence décidé par le président de la République en conseil des ministres exceptionnel.

Le député-maire de Roanne, Yves Nicolin, qui devait accueillir ce samedi une réunion publique dans le cadre de la campagne pour les élections régionales de Laurent Wauquiez, a fait savoir en début de matinée que « les manifestations publiques organisées ce samedi par la Ville de Roanne sont annulées. »

Il a commenté : « Notre Pays se réveille ce matin dans la peur, l’effroi et la tristesse. Les attentats qui ont touché notre nation en son cœur sont d’une ampleur inédite. Le bilan est effroyable et mes pensées vont d’abord aux victimes, à leurs familles et à tous ceux qui ont mené durant toute la nuit et qui mènent encore, aux côtés des forces de police et de sécurité et des médecins un combat acharné contre la mort. Plus que jamais la France, Notre France doit se mobiliser et s’unir pour lutter contre la barbarie. Les décisions de fermer les frontières et de décréter  l’Etat d’Urgence doivent être soutenues et accompagnées. »

Le candidat Les Républicains Laurent Wauquiez, tout en faisant savoir que « Bien évidemment, nous suspendons jusqu’à nouvel ordre la campagne pour les élections
régionales, car les enjeux dépassent très largement cette question », a appelé à la création de « centres d’internement anti-terroristes spécifiquement dédiés ». « Aujourd’hui près de 4 000 personnes vivant sur le territoire français sont fichées pour terrorisme. Dans la quasi-totalité des attaques terroristes que nous avons connues, il s’agissait d’individus qui étaient déjà surveillés. On ne peut plus attendre qu’ils passent à l’acte », a-t-il justifié.

Comme en écho, un communiqué envoyé quelques minutes après celui de Laurent Wauquiez semblait prendre le contre-pied. Larbi Marchiche, recteur de La Grande Mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne, appelait « nos concitoyens à ne pas céder justement au piège des terroristes qui consiste à promouvoir le message de la haine et de la division, comme nous appelons tous les responsables politiques à être prudents et sages dans des moments pareils pour ne pas semer la confusion dans les esprits de concitoyens et à ne pas user des paroles qui favorisent la fracture. »
Larbi Marchiche déclarait en préalable que « nous musulmans, nous condamnons férocement tout agissement ou toute action dont les objectifs visent à déstabiliser notre pays comme nous veillons en permanence dans nos mosquées à faire de la prévention contre toutes les stratégies des ennemis de l’humanité. »

En début de matinée, le préfet de la Loire Fabien Sudry a réuni « l’ensemble des services de sécurité du département afin de coordonner l’action des services de l’État sous l’autorité du préfet  (direction  départementale  de  la  sécurité  publique,  groupement  de  gendarmerie départemental, délégué militaire départemental, préfecture) en lien avec le procureur de la République. »
Suite à l’établissement de l’état d’urgence, les pouvoirs de police admninistrative des autorités de l’Etat sont renforcés. Il « autorise notamment les préfets à restreindre certaines libertés publiques et individuelles lorsque le maintien de l’ordre le justifie. »

Dans la Loire les mesures de surveillance à l’aéroport d’Andrézieux-Bouthéon sont renforcées, « tous les voyages scolaires sont annulés sur l’ensemble du territoire national mais les écoles, lycées et établissements scolaires et universitaires continuent de fonctionner normalement dans le département de la Loire. »

Le préfet de la Loire conclut en rappelant « à chacun les consignes de prudence et de vigilance, s’agissant notamment des rassemblements de personnes qui feront l’objet d’une surveillance renforcée ».

J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • J.-P.J - Les Montbrisonnais étaient réunis au jardin d'Allard pour une minute de recueillement
  • Droits réservés - L'hommage à Saint-Chamond
  • Droits réservés - Minute de silence à Firminy
  • Droits réservés - A Rive-de-Gier, le rassemblement devant le monument aux morts
  • Droits réservés - La minute de silence à Andrézieux-Bouthéon
  • Droits réservés - La minute de silence au Chambon-Feugerolles
  • Droits réservés - La minute de silence à Villars
  • Droits réservés - La minute de silence à Roanne
  • Louis Pralus - Les élus roannais se sont recueillis
  • Droits réservés - La minute de silence à Roche-la-Molière
  • Droits réservés - La minute de silence à Saint-Genest-Lerpt
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire - Place de l'Hôtel-de-Ville
  • Georges Rivoire - Place de l'Hôtel-de-Ville
  • Georges Rivoire - Place de l'Hôtel-de-Ville
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire - Gilles Artigues et Gaël Perdriau
  • Georges Rivoire
  • Daniel Brignon - La minute de silence autour des conseillers départementaux et des directeurs de services de l'Etat
  • Droits réservés - La minute de silence au centre d'entrainement de l'ASSE à l'Etrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide