Fermer la publicité

Atemax a fermé sa plateforme de Saint-Jean-Bonnefonds

Loire le 03 mai 2015 - Denis Meynard - Agroalimentaire - article lu 830 fois

Atemax a fermé sa plateforme de Saint-Jean-Bonnefonds
©DR

Le spécialiste de la transformation des déchets d'abattoirs et d'élevage va ensuite fermer son usine d'équarrissage de Viriat.

La plateforme de stockage de cadavres d’animaux, gérée par la société Atemax, à Saint-Jean-Bonnefonds, a fermé ses portes le 24 avril. Les huit salariés, le responsable de l’établissement et les sept conducteurs, se sont vus proposer un transfert sur la plateforme de Corbas, dans la région lyonnaise. Les bâtiments vont être démolis. Le vaste site sur lequel ils sont construits appartient depuis plusieurs années à l’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (Epase). Il est situé dans le périmètre de la future zone commerciale de Monthieu–Pont de l’Ane.

Devenu un simple site de stockage temporaire de déchets d’abattoir et de dépouilles d’animaux d’élevage et domestiques, ce site abritait l’usine d’équarrissage Murgat, dont l’autorisation d’exploiter n’a pas été renouvelée au début des années 2000. A la grande joie des riverains incommodés par les nuisances olfactives générées par cette activité. Lors de l’enquête publique réalisée voici 15 ans, lorsque l’entreprise a sollicité un renouvellement d’autorisation d’exploiter une unité d’équarrissage de 35 000 t par an, le conseil municipal de Saint-Jean-Bonnefonds avait manifesté son opposition au projet.

Cette activité avait été transférée à Viriat, dans l’Ain, dans l’unité de production de graisses, pour les bio-combustibles, et de farines, destinées principalement aux fours de cimenteries. En juillet prochain, c’est une grosse partie de cette activité qui sera stoppée. Atemax, propriétaire du site qui compte 75 personnes, continuera à exploiter une petite unité dédiée à la volaille. Il y louera aussi un bâtiment à son concurrent Verdannet Monnard, repreneur d’une partie des activités et des salariés. Mais 33 seront licenciés. Dans le cadre d’un partage du marché hexagonal, via des échanges d’implantations géographiques entre les trois principaux acteurs industriels, c’est le groupe Saria qui devrait reprendre les marchés d’Atemax sur la Loire et la Haute-Loire.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide