Fermer la publicité

Armement - Nexter : le Parti de gauche met en garde

Loire le 31 juillet 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 1028 fois

Armement - Nexter : le Parti de gauche met en garde
« Avec cette alliance, 1 000 emplois sont en danger », assure le Parti de gauche (Archives, D.R.)

Dominique Flachat, ouvrier d'Etat soudeur chez Nexter depuis 25 ans, syndiqué CGT,  s'inquiète du processus d'alliance passé avec le groupe allemand KMW : le projet Kant.  « Ce projet comprend une phase de privatisation de notre fleuron de l'industrie d'armement terrestre étatique qu'est encore Nexter, héritier des arsenaux d'Etat puis de Giat industries.

Les décideurs nient le désengagement de l'Etat dans ce processus. Après les restructurations du groupe Giat, la démarche a été longue mais déterminée  pour préparer le cadeau aux lobbies avides des profits parmi les plus fructueux de l'économie mondiale. L'enjeu pour les lobbies de l'armement est colossal car nous sommes dans une période de besoins énormes de renouvellement d'équipement des armées. »
Pour le syndicaliste c'est l'heure du partage du gâteau et il faut s'opposer « à cette spoliation du bien national qu'est encore Nexter. » En 2017 il faudra produire des milliers de blindés VBMR et EBRC visant à remplacer les VAB et 10RC et ce sont « des centaines de créations d'emplois à Roanne, peut-être des milliers en France, d'une manière induite ou pas. » Aujourd'hui, Nexter Roanne est un véritable poumon économique avec 1 040 personnes : 819 CDI, 94 intérimaires, 113 salariés prestataires et 13 équivalents temps plein en travail protégé. « Avec cette alliance, ces 1 000 emplois sont en danger », insiste Dominique Flachat.
Des contre-propositions sont déposées dans les ministères. Parmi elles celle de créer un pôle public de la défense pour échapper aux offensives des lobbies internationaux et  inclure un budget réservé à la diversification, « ce qui permettrait de mettre à disposition notre puissance industrielle pour de grands projets nationaux sur du long terme. » Est évoqué alors le projet du pôle de déconstruction à Roanne. Autre perspective mise en avant par le militant du Parti de gauche : « notre site est logistiquement parfaitement implanté sur les axes Nord-Sud et Est-Ouest, rail et fluvial grâce au canal. Le transport  fluvial apparaît alors opportun. Une péniche équipée d'un moteur de 500 cv peut transporter au minimum 10 fois plus de charge qu'un camion, au bas mot 200 t ! »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide