Fermer la publicité

Armement - Le ministre de l’Economie en visite chez Nexter

Loire le 12 janvier 2014 - Aline Vincent - Actualités - article lu 740 fois

Période électorale sur fonds de municipales, fortes sollicitations des matériels militaires français sur les opérations extérieures, Mali, Centre Afrique… ? Toujours est-il que le Pdg de Nexter, Philippe Bertin, qui devait venir présenter ses vœux sur le site de Roanne ce vendredi viendra finalement lundi 13 janvier accompagné du ministre de l’Economie, Pierre Moscovici.

L’occasion pour les syndicats d’interpeler leur Pdg et le représentant de l’Etat, détenteur des cordons de la bourse, sur l’avenir de leur charge de travail. Au CA de décembre, Philippe Bertin avait fait part de difficultés de charge chez Nexter Systems, particulièrement à Roanne, avançant une centaine de sureffectifs directs ou indirects, selon la CFDT. « Après l’échec du Canada, les efforts à l’export se portent sur le Qatar, le Danemark et les Emirats arabes unis », témoigne Daniel Coutaudier, représentant de la CFDT chez Nexter. Le Canada a en effet annulé son appel d’offres portant sur l’achat de 108 blindés, arguant que les blindés ne faisaient plus partie de ses priorités. « L’essentiel de la charge de travail repose désormais sur le VBCI jusqu’à fin 2014. Le programme Aravis a aussi débuté pour les Pays du Golf. La commande porte sur deux tranches respectivement de 70 et 190 matériels, mais notre préoccupation porte sur la charge de travail entre 2015 et 2017 ». La loi de programmation militaire (LPM) qui vient d’être adoptée pour 2014-2019 prévoit le lancement de nouveaux programmes, au premier rang desquels « Scorpion ». Il est destiné à remplacer les capacités de contact de l’Armée de terre. Il concerne le VBMR (véhicule blindé multi rôles) et l’EBRC (engin blindé de reconnaissance et de combat). Les livraisons n’interviendront pas avant 2019. Reste aussi à conclure un important contrat avec le Qatar portant sur 700 VBCI. La décision devrait intervenir mi 2014. Autre point soumis au Pdg de l’entreprise sous tutelle de l’Etat : les revendications salariales. « Les prévisions laissent espérer des résultats économiques 2013 d’un très bon niveau pour l’entreprise. Il serait donc naturel qu’ils permettent d’assurer des retombées sur la politique globale de rémunération, avec notamment le cas particulier des OSD (ouvriers d’Etat) dont les salaires sont gelés depuis 3 ans ».

Aline Vincent

[Mise à jour 10/01/14 : Le service communication du ministère de l'Economie a fait savoir que Pierre Moscovici ne ferait finalement pas le déplacement dans la Loire.]



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide