Fermer la publicité

Arco hostile à deux projets d’urbanisme

Loire le 03 avril 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 820 fois

Arco hostile à deux projets d’urbanisme
Isabelle Canivet, Jacques Stribick et Marie-Eve Maret de l'association Arco (D.R.)

L’association Arco que préside Marie-Eve Maret, animée également par Jacques Stribick, a déposé un recours au tribunal administratif le 11 mars dernier contre la décision du conseil municipal de céder un espace public de 1 550 m2 à un promoteur privé pour la réalisation de parkings privés.

L’association Arco rejointe dans sa démarche par l’association RMC (Raconter ma colline), dénonce le caractère « illégal » de la délibération considérant que cette vente constitue une « spoliation d’un bien commun à tous les Stéphanois ». Il s’agit en l’occurrence de la quasi totalité de cette esplanade publique qui entoure la croix de mission dressée sur la colline des Pères. Un monument aux « caractéristiques remarquables », fait observer Jacques Stribick : 25 m de haut, construction de type Eiffel, « sans adjonction ni soustraction depuis son édification en 1895 ». Arco a déposé une demande de protection de cette esplanade à la Drac qui a répondu dans de brefs délais afin de saisir de cette demande la Commission régionale du patrimoine et des sites.
S’agissant de son hostilité au projet des Ursules, Arco n’aura pas besoin d’aller plus loin dans la démarche après l’élection de Gaël Perdriau qui ne poursuivra pas le projet du maire battu Maurice Vincent. Arco s’élève contre un projet qui risquait de « défigurer » le quartier reconquis des Ursules après la démolition du parking. Selon le projet, la place d’autrefois ne serait restituée que sur une seule bande, « brisant l’esprit de cette place », et serait coupée du jardin de l’école des Beaux-Arts par une rangée de commerces volumineuse, objectent Jacques Stribick et Marie-Eve Maret qui ont lancé une pétition contre ce projet. Elle avait déjà recueilli à la veille du deuxième tour des élections 418 signatures.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide