Fermer la publicité

Maison du Café va changer d'actionnaires à Andrézieux-Bouthéon

Loire le 01 avril 2015 - Denis Meynard - Agroalimentaire - article lu 4048 fois

Maison du Café va changer d'actionnaires à Andrézieux-Bouthéon
GR - L'usine La maison du Café à Andrézieux a été reprise en 2014 par la holding Joh A Benckiser

Dopée par les dosettes, la production de Maison du café France (600 M€ avec 300 salariés) est réalisée pour l'essentiel dans la Loire.

La recomposition en cours du marché mondial du café passe aussi par la région stéphanoise, où se trouve une des plus importantes unités de torréfaction de l’Hexagone. L’usine d’Andrézieux-Bouthéon, qui appartenait à l’Américain Sara Lee, a été rattachée en 2012 à la société hollandaise D.E Master Blenders. L’année suivante, cette dernière était reprise par la holding Joh A Benckiser, de la famille allemande Reimann. Depuis 2014, une fusion est en préparation entre des deux géants mondiaux : Mondelez International (Carte Noire, Grand’Mère, Jacques Vabre, Tassimo… ) et D.E Master Blenders (Maison du Café, L’Or, Senseo… ).

Avec pour nom de baptême JDE, le nouvel ensemble, dont la création doit devenir effective le 1er juillet, vise à constituer le numéro un mondial du café, devant Nestlé. Face aux problèmes posés par cette fusion au regard du droit de la concurrence, la future entité doit proposer des contreparties en cédant des actifs. C’est ainsi qu’était envisagée la vente à l’Italien Lavazza, contre 600 M€, de marques telles que Maison du Café et L’Or dont la production est réalisée dans la Loire. La marque Premium L’Or a été choisie en 2011 par Sara Lee pour attaquer frontalement au groupe Nestlé. En proposant des dosettes, vendues en supermarché, compatibles avec les machines Nespresso de son concurrent, un marché en plein essor sur lequel L’Or est en position de leader. Créant de nombreux emplois dans la Loire.

La Commission européenne ayant exprimé, en février, que le projet de vente des deux marques françaises n’était pas suffisant, les groupes DEMB et Mondelez s’apprêteraient maintenant à céder la marque Carte Noire. Une réorientation gage de stabilité, au moins à court terme, pour les 250 salariés (dont une cinquantaine d’intérimaires) d’Andrézieux-Bouthéon. La situation est différente pour les presque 170 personnes qui travaillent dans l’usine de Lavérune (Hérault), de Mondelez International (second producteur mondial de café, avec un chiffre d’affaires de 2,9 Md€), car la marque Carte Noire qui devrait être vendue fait partie de ses plus grosses productions.

Denis Meynard

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide