Fermer la publicité

André Mounier, président de la CCI Saint-Etienne : une seule CCI métropolitaine ?

Loire le 05 juin 2014 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 403 fois

Vous avez voté la motion de défiance vis-à-vis du gouvernement de CCI France, pour quelles raisons ? Aujourd’hui nous avons un devoir citoyen de bonne gestion de nos ressources.

Vous avez voté la motion de défiance vis-à-vis du gouvernement de CCI France, pour quelles raisons ?

Aujourd’hui nous avons un devoir citoyen de bonne gestion de nos ressources. Mais le gouvernement se trompe de combat. L’effort demandé aux CCI, même s’il doit exister comme pour tout opérateur de l’Etat, va les priver de leurs moyens d’action. En s’attaquant à nos fonds de roulement (lire ci-dessous), le gouvernement va nous retirer nos capacités d’investissements qui servent à financer des infrastructures, des ports, des aéroports, des centres de formation, etc. On va se priver de 5 000 bénévoles pour aller recréer des usines à gaz en faisant appel à des chargés de mission. Le risque c'est de perdre 30 000 apprentis et licencier 6 000 salariés des CCI.

Dans quelle mesure la CCI Saint-Etienne Montbrison sera-t-elle impactée ?

Nous ne serions pas trop concernés sur les fonds de roulement car nous avons porté un CFA, un banc national d’épreuve des armes, une ESC, un aéroport.

Vous souhaitez initier une politique de contractualisation avec les communautés de communes. De quoi s’agit-il ?

Nous sommes allés à la rencontre des présidents des communautés de communes des Monts du Pilat et du Pilat rhodanien, nous ferons de même dans la seconde quinzaine de juin avec Saint-Etienne Métropole. En septembre nous rencontrerons Loire Forez. J’irai voir toutes les communautés de communes pour devenir leur partenaire majeur dans le développement économique.

Le bureau de la CCIR Rhône-Alpes a lancé une initiative pour redessiner la carte consulaire. Quels pourraient en être les contours ?

On ne peut pas montrer du doigt sans cesses les collectivités locales et territoriales sans se remettre en cause. Il nous faut faire des propositions pour renforcer la légitimité de nos chambres régionales tout en veillant à préserver la proximité. Une copie doit être remise d’ici la fin juillet par le président Mauduy au nouveau préfet de région. La CCI de Lyon, de Saint-Etienne Montbrison, de Roanne, de Nord-Isère et de l’Ardèche pourraient faire une seule CCI de taille métropolitaine. Nord-Isère semble préférer rester une CCI territoriale mais Lyon et Saint-Etienne sont deux territoires interpénétrants. Nous devons organiser des groupes de travail sur ce sujet. Lyon et Saint-Etienne, ce sera demain 100 000 entreprises.

Propos recueillis par Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide