Fermer la publicité

Anderton Andrézieux : 30 recrues supplémentaires

Loire le 15 juillet 2015 - Denis Meynard - Industrie - article lu 1368 fois

Anderton Andrézieux : 30 recrues supplémentaires
© Denis Meynard - C2FT a connu deux moments de tension depuis juin, avec l'ancien puis avec le nouvel actionnaire.

Les salariés de l'usine ligérienne Anderton ont obtenu le 9 juillet la reprise de 85 salariés au lieu des 55 prévus, après deux jours de grève.

L’arrêt complet de la production à l’ex-usine C2FT d’Andrézieux-Bouthéon, rebaptisée Anderton Castings depuis sa reprise le mois dernier, à la barre du tribunal de commerce de Saint-Étienne, a porté ses fruits. L’objectif de cet arrêt de travail, auquel appelait l’ensemble des organisations syndicales présentes dans l’entreprise, était d’obtenir le maintien en fonction de 85 de 120 salariés. Soit 30 de plus que ce qui avait été décidé par les repreneurs, le couple franco-américain Pierre Dubeauclard et Solange Vermorel-Dubeauclard.

Ces derniers souhaitaient attendre la confirmation d’un gros contrat pluri-annuel avant de prendre une telle décision. Mais ils ont cédé à la demande de leurs salariés français dont le blocage de la production risquait de s’avérer pénalisant pour un des clients de l’entreprise, le constructeur italien Fiat. Car plusieurs de ses lignes d’assemblage avaient un besoin urgent de pièces de liaisons au sol en aluminium fabriquées dans la Loire.

En contrepartie de ce nombre plus élevé de salariés repris, le nouvel actionnaire a obtenu une aide financière substantielle des services de l’État. Principalement à travers le financement de plusieurs mois de chômage partiel, ainsi que la prise en charge de la formation du personnel de production, qui met jusqu’à présent en oeuvre la technologie du coulé-forgé. Ces opérateurs et leur encadrement vont en effet devoir apprendre à produire d’ici début 2016 le même type de pièces selon la technologie du coulé sous pression. Les machines correspondantes arriveront dans l’usine d’Andrézieux-Bouthéon dès le mois prochain.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide