Fermer la publicité

"Nous devons avoir les reins solides pour financer de la R&D"

Loire le 21 mars 2017 - Emilie Massard - Textile

"Nous devons avoir les reins solides pour financer de la R&D"
DR - Alpex Protection fournit les tissus des tenues de la plupart de l'armée française

Nous avions rencontré les dirigeants de la société Alpex protection, qui produit des textiles techniques, en novembre 2014 : ils s'inquiétaient à l'époque que certaines administrations ne jouent pas le jeu du made in France dans leurs achats.

Aujourd'hui, la société, qui réalise 75 % de son chiffre d'affaires dans les marchés publics, témoigne du retour d'une volonté partenariale.

« Le code des marchés publics empêche toute forme de préférence nationale », rappelle Laurent Cogez, dirigeant d’Alpex protection. « Mais depuis quelques années, nous sentons revenir une forme de volonté partenariale des administrations. Nous confectionnons du tissu, nous sommes donc fabricants de rang 2, mais nous sommes tout de même de plus en plus impliqués dans le développement de nouveaux produits. Nous avons davantage accès au client final ». Un constat plutôt réjouissant pour la PME basée à Saint-Chamond, mais qui implique aussi des investissements importants dans la R&D. Ces investissements ne sont pas forcément suivis, du moins pas immédiatement, du chiffre d’affaires associé, du fait des cycles des marchés et des appels d’offres.

« La concurrence asiatique ne cesse de progresser, avec un différentiel de prix qui reste encore conséquent », note Hervé Tiberghien. « Nous devons donc avoir les reins solides pour financer de la R&D, et pour cela nous sommes encore dépendants des dispositifs qui existent pour la soutenir. Nous devons identifier des marchés à forte valeur ajoutée pour nous différencier. En cela, les marchés administratifs sont très spécifiques, nous avons donc notre carte à jouer, entre la concurrence asiatique et le géant américain Gore-Tex. »

La recherche et le développement de l’entreprise saint-chamonaise, qui représente environ 5 % de son budget, portent principalement sur la légèreté des tissus, leur durabilité, mais aussi l’ajout de fonctionnalités. La société fournit actuellement les tissus des tenues des armées françaises de terre, de l’air et de la mer, de la police nationale, des pompiers ou encore de la SNCF, mais aussi de l’armée allemande ou néo-zélandaise (60 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export). Alpex protection compte aujourd’hui une trentaine de salariés et réalise un chiffre d’affaires de 13 M€, en croissance de 10 % par rapport à 2015. « Notre chiffre d’affaire sera stable en 2017 », tempère Hervé Tiberghien. « C’est une année de transition pour certains marchés. Les choses peuvent basculer très vite, nous sommes dans un domaine politiquement très sensible ».

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide