Fermer la publicité

Allocations familiales : une réforme qui divise

Loire le 15 novembre 2014 - Marine Graille - Actualités - article lu 696 fois

Allocations familiales : une réforme qui divise
(© Destination santé)

Les allocations familiales, une sorte d’acquis social uniforme.

Uniformité auquel le gouvernement actuel a voulu s’attaquer. Il y a environ un mois, les députés ont voté la modulation de ces prestations en fonctions des revenus, dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale. Une réforme qui permettrait alors de réaliser 800 M€ d’économie en année pleine et 400 M€ dès 2015.
Tous les ménages ne seront donc pas concernés par cette mesure qui sera appliquée dès juillet 2015. Au niveau national, 12 % d’entre eux seront effectivement touchés par ces aménagements. En effet, les modulations concerneront uniquement les familles à haut revenu, c’est à dire avec un revenu cumulé mensuel de 6 000 € et plus pour qui les allocations de base seront divisées par deux et par quatre pour les ménages à partir de 8 000 € (lire l’encadré).

« Les foyers aisés auront toujours leurs avantages fiscaux »

Ces réaménagements sont loin de faire l’unanimité. « Les familles à 6 000 € de revenus auront moins d’allocations familiales mais continueront à avoir d’autres avantages comme des allègements fiscaux. Il faut allouer les aides à ceux qui en ont le plus besoin », estime Luc Thoral, de la CFDT 42. Selon le syndicat, « c’est au travers de la refonte de l’impôt sur le revenu que doit s’exprimer la solidarité et non par la modulation des allocations familiales. Il faut une réforme fiscale globale et non par petit bout comme cela est fait actuellement. On ne résout en rien les problématiques sociales ». Par ailleurs, cette modulation engendrerait des inégalités entre départements puisque selon L. Thoral « les revenus moyens dans la Loire sont plutôt bas par rapport aux revenus de Rhône-Alpes », pas sûr alors que beaucoup de ménages ligériens soient concernés par cette modulation.
Sollicitée, la Caisse d’allocations familiales de la Loire, n’a pas été en mesure de nous transmettre le nombre de familles du département qui verraient le montant de leur allocation diminuer. « Les ressources ne sont pas échangées entre nous et la Direction générale des finances publiques », confie la Caf Loire. Si certains contradicteurs de cette réforme estime qu’abaisser le montant des allocations familiales pourrait nuire à la natalité française, Luc Thoral ne partage pas cette vision de la situation. « Si on pense cela, cela signifierait alors que l’on fait des enfants pour toucher des allocations. »

57 098 foyers ligériens allocataires

57 098 foyers ligériens bénéficiaient en juin dernier des allocations familiales. La Caf va devoir entreprendre au deuxième trimestre 2015 un recensement des familles concernées.
Le gouvernement souhaitait également en profiter pour diminuer la prime de naissance à partir du deuxième enfant. Finalement, ce projet n’a pas été adopté tout comme la baisse des aides à la garde pour les familles les plus aisées ainsi que le report de l’âge à partir duquel les allocations familiales sont majorées.
En effet, considérant que les économies qui allaient être réalisées grâce aux modulations des allocations, ces modifications ne sont plus nécessaires. En revanche, une réforme du congé parental est quant à elle toujours d’actualité.

Marine Graille

Qui touchera quoi ?

Pour une famille avec deux enfants et un revenu mensuel net imposable inférieur à 6 000 € le montant de l’allocation restera à 129 €.
Pour les ménages avec un revenu mensuel supérieur à 6 000 €, l’allocation sera de 64,5 €.
Enfin, pour les foyers avec un revenu supérieur à 8 000 €, le montant sera divisé par quatre pour s’élever à 32,2 €.

Lire aussi :

Les organismes de Sécurité sociale préparent leur relocalisation (26 juin 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide