Fermer la publicité

Alexandre Saubot (UIMM) : plus de stabilité fiscale et plus de souplesse réglementaire

Loire le 24 juin 2015 - Mathieu Ozanam - Industrie - article lu 220 fois

Alexandre Saubot (UIMM) : plus de stabilité fiscale et plus de souplesse réglementaire
UIMM - Eric Monniot, président de l'UIMM Loire et Alexandre Saubot, président national de l'UIMM

Dans le cadre de son assemblée générale annuelle, l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) Loire recevait Alexandre Saubot, président national de l'UIMM et Pdg d'Haulotte groupe. Avant la table ronde sur le thème « quelle industrie pour demain ? », Alexandre Saubot a rencontré la presse.

La croissance semble être de retour en France, y voyez-vous des signes favorables ? La Loire peut-elle en bénéficier ?

Il n’est pas possible d’être président de l’UIMM et d’être industriel sans être optimiste. Il reste dans la Loire de belles industries, de belles compétences. Mais il faut créer des conditions favorables pour les entreprises. Les industriels sont aujourd’hui dans un monde beaucoup plus incertain. Certes les baisses de taux d’intérêt et les faibles prix du pétrole créent un contexte favorable, mais combien de temps cela va-t-il durer ? Les entreprises ont besoin d’une stabilité réglementaire et fiscale et d’un environnement réglementaire plus souple.

Le pacte de responsabilité ne vous semble-t-il pas aller dans le bon sens ? Les entreprises bénéficient de réductions d’impôts et des coûts du travail.

Entre 2012 et 2014 nous avons dû faire face à augmentation de 10 % de mesures réglementaires supplémentaires. Chaque mesure prise individuellement a certainement toute sa justification mais leur accumulation constitue un mille-feuille difficile à respecter pour les entreprises. Du point de vue des impôts, le pacte de compétitivité nous remet aujourd’hui en réalité qu’au niveau de 2013.

Le premier ministre en visite dans la Loire en avril est venu dans votre entreprise à L’Horme. A quoi sert, concrètement, une visite ministérielle ?

Tout décideur, quel qu’il soit, se doit de saisir toutes les occasions qui lui sont offertes pour faire comprendre à un décideur politique son activité. Cela ne peut jouer qu’en notre faveur. A Haulotte nous lui avons montré que l’environnement de travail dans l’industrie a beaucoup progressé.

Propos recueillis par Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide