Fermer la publicité

Agroalimentaire - Les Salaisons du Mont Pilat visent l'Asie

Loire le 11 septembre 2014 - Daniel Brignon - Agroalimentaire - article lu 1645 fois

Agroalimentaire - Les Salaisons du Mont Pilat visent l'Asie
Gaëtan Duculty dans son espace de vente au sein de l'ancien hôtel Beau site (D.R.)

Depuis le début des années 2000, la Maison Duculty a franchi une nouvelle étape en s'ouvrant le marché de la grande distribution. L'entreprise qui diffuse essentiellement en Rhône-Alpes, souhaite se tourner vers l'exportation.

A l’origine une boucherie-charcuterie de village puis… « mon grand-père est sorti du village, il avait deux camions-magasins. Mon père a continué en distribuant assez largement des produits de salaison », explique Gaëtan Duculty, actuel gérant de la Maison Duculty, qui, en 2000, en prenant les rênes la société a franchi une nouvelle étape en s’ouvrant le marché de la grande distribution.
Les six grandes enseignes nationales distribuent aujourd’hui la gamme de saucissons secs de fabrication artisanale, dans l’atelier de salaison  qui n’a pas quitté son ancrage territorial à La Terrasse-sur-Dorlay. Trois cents tonnes de saucissons secs sont produits annuellement, vendus dans toute la France et spécifiquement en Rhône-Alpes qui absorbe 75 % de la production, sous la marque Salaisons du Mont Pilat.
La Maison Decullty qui avait fermé en 2007 son magasin de détail dans le village a ouvert en 2011 un nouvel espace de vente direct agrémenté de vins de la vallée du Rhône, d’un espace de dégustation et de restauration. De quoi «  garder le contact avec le client, un espace d’échange direct et de partage autour du produit  dont nous cultivons l’authenticité », explique G. Duculty. Le produit, c’est la constante de la Maison, est de terroir, élaboré selon les recettes traditionnelles et  séché naturellement et longuement en affinage sur les coteaux du Pilat.

Reportage sur M6 et rupture de stock !

L’entreprise qui réalise 3,5 M€ de CA en vente de salaison et 350 000 € pour la boutique, a aussi lancé il y a deux ans la vente en ligne, sur son site Internet touchant une clientèle plus lointaine de connaisseurs. En lente évolution, cette vente a connu un coup d’accélérateur inattendu à la suite de la diffusion d’un reportage dans le magazine Capital sur M6 le 27 juillet dernier. Les commandes ont afflué à tel point que la maison Deculty en rupture de stock a dû interrompre ses expéditions et demander des délais de livraison à sa clientèle, imposés par le temps de production relativement long que nécessite le séchage, d’une durée de deux mois.
Deculty qui emploie 18 équivalents temps plein sur la salaison et quatre à la boutique-restaurant, envisage un développement conditionné à l’agrandissement son espace de production, contraint aujourd’hui dans ses locaux au bord du Dorlay. Il n’est pas question pour autant de se délocaliser et quitter le terroir familial pour Gaëtan Duculty, attaché au développement de son territoire. L’entrepreneur recherche des solutions locales pour augmenter sa production en visant essentiellement le marché du particulier ou le secteur professionnel de l’hôtellerie et restauration, voire l’export. Gaëtan Duculty est en discussion avec des exportateurs pour Tokyo, Hong-Kong et l’Australie, en  quête du produit français authentique.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide