Fermer la publicité

Agroalimentaire - Fête de la fourme : l’impact symbolique

Loire le 30 octobre 2014 - Louis Thubert - Forez - article lu 460 fois

Agroalimentaire - Fête de la fourme : l’impact symbolique
Plusieurs milliers de personnes attirés à Montbrison, autant d'acheteurs ? (D.R.)

Stands, chars, randonnées et dégustation...

Chaque automne, les Journées de la Fourme - et des côtes-du-forez, puisque ce vin est associé à l'emblématique fromage - rassemble plusieurs milliers de personnes à Montbrison. Mais peut-on quantifier l'impact sur les ventes de fourme de Montbrison ? Et quel est le rôle de la fête ?
« Avant et après, les ventes explosent, indique Aurélie Passel, animatrice du syndicat de la fourme de Montbrison. Il y a des promotions dans les supermarchés ». Le syndicat suit sur le long terme les producteurs de fourme, mais ne connait pas l'efficacité économique réelle des Journées de la Fourme. Après une passe difficile à la fin des années 2000, la mise en liquidation judiciaire de Forez Fourme, reprise aujourd'hui, la production a augmenté à nouveau : 11 % de plus entre 2012 et 2013. « Nous espérons dépasser les 500 t », glisse Aurélie Passel.

« Belle image »

Le comité des fêtes de Montbrison-Moingt, qui organise les Journées de la Fourme et des côtes-du-forez, confirme lui aussi l'impact positif de l'événement. « C'est dur à cerner par rapport à la population, indique Gérard Bonnaud, président du comité. La fête de la Fourme est une vraie vitrine pour le commerce montbrisonnais. » Et pour la fourme ? « Il y a une augmentation du tonnage vendu sur le stand du comité des fêtes », se félicite Gérard Bonnaud, sans préciser les chiffres. Lors des Journées, les six fabricants sont représentés, et le célèbre fromage également vendu par le syndicat de la fourme et la fromagerie Mons.
Le premier intérêt des Journées semble avant tout symbolique : mobiliser les acteurs du marché et faire connaître le produit, qu'il s'agisse du fromage ou du vin. « C'est une belle image pour le public qui vient de l'extérieur, confie Gérard Bonnaud, qui apprend à connaître et à découvrir la fourme ». Avant d'ajouter : « le territoire de production de la fourme de Montbrison est assez petit, et pourtant nous avons l'une des plus grosses manifestations de ce type autour du fromage ».

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide