Fermer la publicité

Agroalimentaire : Deveille investit 10 M€ à Feurs

Loire le 16 juin 2014 - Denis Meynard - Forez - article lu 2067 fois

Agroalimentaire : Deveille investit 10 M€ à Feurs
Avec Jordan et Thibaut Deveille, une nouvelle génération a rejoint l'entreprise présente à Feurs depuis 1981 (D.R.)

L’entreprise familiale Deveille qui compte une centaine de salariés réalise un programme d’investissement d’une dizaine de millions d’euros sur ses deux sites de Feurs.

Un peu plus de la moitié de la somme est consacrée à l’abattoir, dont les travaux devraient être terminés d’ici septembre. En décembre, il devrait en être de même pour l’usine de découpe des carcasses, dont la superficie sera augmentée de 2 300 m2 (contre 700 m2 pour l’abattoir). « Nous aurons un outil performant en matière de récupération des rejets, mécanisation, bien être animal et sécurité des opérateurs, voire innovant sur certains points », souligne Jacques Meley, co-dirigeant avec Thierry Deveille.
En 2007, la société a grossi en réalisant une croissance externe à Fréjus (Var), où 12 salariés travaillent sur une plate-forme de distribution. Elle avait envisagé de faire de même l’an dernier, en reprenant Spanghero, à Carcassonne (Aude), en association avec le groupe Delpeyrat. Un projet qui n’a pas abouti. Deveille fait partie des rares entreprises de son secteur à investir dans une période marquée par la surcapacité des outils de production. Confiante dans son développement, elle porte ses capacités d’abattage de 10 000 t (avec 35 000 têtes de bétail abattues) à 12 000 t.

Vers un CA de 44 M€

Ces trois dernières années, elle a du réorienter une partie de ses ventes, avec l’arrêt de ses exportations de viande halal sur la Turquie. Son activité sur ce créneau, en direction de bouchers ou des particuliers, représente aujourd’hui 20 à 25 % d’un chiffre d’affaires total qui pourrait s’élever à 44 M€ cette année. Si les ventes sont en légère progression, les marges ont reculé, avec un résultat exceptionnellement négatif en 2013.
« A chaque crise, on investi », s’amuse Jacques Meley, qui espère ainsi gagner de nouveaux clients en France et à l’étranger. Des espoirs sont mis sur des produits dont la demande augmente comme le steak haché frais, pour lequel une ligne de fabrication va être installée. La grande distribution, principalement à travers Auchan et Leader Price, représente près de la moitié des débouchés de ce spécialiste du Charolais (60 % des bêtes abattues), qui est le deuxième en tonnage bœuf sur Rhône-Alpes, après la Sicarev. Le reste se partage entre boucheries traditionnelles et industrielles.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide