Fermer la publicité

Agglomération grenobloise : le marché du logement collectif neuf en berne en 2014

Isère le 06 février 2015 - Laurent Marchandiau - Immobilier et BTP - article lu 240 fois

Agglomération grenobloise : le marché du logement collectif neuf en berne en 2014
D.R. - Olivier Gallais, président de la FPI Alpes

D'une situation attentiste avec les municipales l'an dernier, le marché du logement collectif neuf s'avère morose pour l'agglomération grenobloise en 2014. Un constat que dresse la Fédération des promoteurs immobiliers Alpes lors de la présentation des chiffres de leur observatoire fin janvier.

L’agglomération grenobloise en perte de vitesse ? C’est ce que l’on pourrait croire aux vues des chiffres présentés par la Fédération des Promoteurs Immobiliers Alpes (FPI Alpes), le 29 janvier dernier.

L’observatoire de la fédération représente 65 % des réservations en logement collectif neuf sur l’Isère, l’agglomération de Grenoble et le Grésivaudan. Fort est de constater que depuis 2013, l’agglomération grenobloise voit le nombre de réservations dans ces logements baisser considérablement. En 2013, seules 804 réservations avaient été enregistrées et elles ne devraient pas dépasser les 700 l’an dernier soit une chute significative de 14 % ! « La moyenne observée sur les sept dernières années (2007 à 2013) sur ce marché est de 1 168 logements en accession à la propriété par an. Le marché de l’agglomération grenobloise est donc toujours, en nombre de réservations, environ 30 % au-dessous de sa capacité moyenne de fonctionnement », note Olivier Gallais, président de la FPI Alpes.

Et pourtant, de 2007 à 2013, Grenoble intra muros comptait 600 logements réservés par an en moyenne. Dès 2012, ce marché s’est effondré passant à 215 logements puis à 222 en 2013 et à environ 250 pour l’an dernier. Même tendance sur l’ensemble du périmètre de l’observatoire de la FPI Alpes : réservations en baisse de 14 % pour atteindre 450 logements, les mises en vente (381) sont en chute libre (- 36 % par rapport à 2013) tandis que les logements disponibles à la vente diminuent pour atteindre 555 logements contre 629 au 31 décembre 2013. Les délais d’écoulement se rallongent passant de 13,8 mois en 2012 à 17,6 mois en 2014 alors que les prix stagnent à 3 489 € TTC/m² habitables en moyenne hors stationnement.

Conséquence ? Un stock qui progresse de 10 % atteignant la côte d’alerte pour la FPI Alpes et une désertion progressive des promoteurs vers des centres urbains plus attractifs. Pour le président de la FPI Alpes, « les mesures annoncées par le gouvernement n’ont eu que peu d’effets jusqu’à présent. Nous sommes dans un marché au plus bas où il n’y a aucun signe de redémarrage. 2015 ne sera pas l’année de la reprise ! »

Et pour cause ! Avec 269 023 logements neufs mis en chantier en France l’an dernier, l’objectif des 500 000 logements voulus par l’État est bien loin d’être atteint. Pire ! Sur l’agglomération grenobloise, 600 logements devraient être réservés cette année (en baisse de 14 %) dont moins de 200 pour la ville de Grenoble. Une première depuis plus de dix ans. Les raisons invoquées sont simples : perte de confiance des Français, recours systématique, augmentation des réglementations, croissance quasi nulle, un taux de chômage qui explose tout comme les taxes et impôts sur le logement. Être propriétaire deviendrait-il un luxe ?

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide