Fermer la publicité

Immobilier : la reprise cherche du neuf à Grenoble

Isère le 22 juillet 2015 - Laurent Marchandiau - Région grenobloise - article lu 533 fois

Immobilier : la reprise cherche du neuf à Grenoble
DR - Olivier Gallais, président de la FPI Alpes.

Après une année 2014 morose en termes de réservation sur le logement collectif neuf de l'agglomération grenobloise, le marché semble repartir à la hausse depuis le premier semestre. Une tendance qui devrait se confirmer au cours des prochains mois selon la Fédération des promoteurs immobiliers Alpes.

Avec 85 604 réservations sur les logements neufs enregistrés par l’observatoire de l’immobilier de la Fédération des promoteurs immobiliers, 2014 fut une année passable, voire morose. Cela devrait changer cette année. Encore bien loin du niveau des années 2011-2012 où les ventes de logements s’élevaient entre 105 et 110 000 sur l’Hexagone, le redémarrage de l’activité s’avère désormais perceptible.

Et pour cause ! « Les mesures annoncées par Manuel Valls commencent à produire des résultats tandis que la loi Pinel tend à séduire les Français », indique Olivier Gallais, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Alpes (FPI Alpes). Cette année, ce seront près de 90 000 logements qui seront réservés en France selon les dernières estimations de la Fédération. Une tendance que suit l’agglomération grenobloise après un passage à vide l’an dernier induit notamment par le changement des équipes municipales et le passage à la métropole. « Sur l’agglomération, les réservations sont en hausse de 15 % (20 % en moyenne sur la France), les prix se tassent à 3 349 € TTC/m² habitable (hors stationnement) soit un recul de 4 % », précise le président de la FPI Alpes.

Quant au délai d’écoulement (DPE), il est passé sous la barre des 15 mois avec 13,1 mois contre 17,1 mois en 2014, ce qui corrèle la hausse des ventes. Derrière ces signes encourageants se cache une autre réalité. « Les mises en vente sont en retrait de 15 % dues à la difficulté à monter de nouvelles opérations sur le marché. Les délais d’obtention de permis de construire sont très longs sans compter les recours parfois abusifs. Globalement, nous vendons davantage, mais cela prend du temps du fait que les opérations pour les mises en vente sont en cours de montage. » Si la demande est bien présente, l’offre disponible est à la baisse (- 32 %.) Le constat de la FPI Alpes est sans appel. « Il y a encore trop peu de nouveaux projets sur l’agglomération et particulièrement sur Grenoble intra-muros. »

À titre de comparaison, Chambéry est sur un rythme de réservations de 350 logements par an en hausse. « C’est plus que Grenoble (340 logements réservés en 2014) qui compte trois fois plus d’habitants ! » Selon l’observatoire de la FPI Alpes, les chiffres semblent pourtant indiqués un redémarrage de l’activité : + 27 % de réservations, des mises en vente explosant - soit 104 % de plus au premier semestre que sur la même période en 2014 - une baisse des prix de 7 % (soit 3 334 € TTC/m² en moyenne) et un délai d’écoulement de 9,6 mois. « C’est signe que l’on commence à manquer de logements ! » Pour débloquer la situation, une solution : construire ! « Les promoteurs font face à des difficultés pour reconstituer l’offre à la vente. Les obtentions des autorisations d’urbanisme sur les nouveaux projets sont beaucoup trop longues et les recours encore trop nombreux. »

A Grenoble, bien des raisons expliquent la chute des programmes immobiliers neufs liés au changement de municipalité avec l’arrêt ou le report de certaines opérations (ZAC de l’Esplanade par exemple), mais aussi par la modification du plan local d’urbanisme prévoyant des opérations plus petites et moins hautes. « Nous sommes passés d’une hauteur maximale de 27 m à 21 m. La Ville de Grenoble souhaite également des bâtiments répondant à la réglementation thermique 2012 moins 35 % ainsi que des énergies renouvelables sur quasiment tous les nouveaux projets qui devront comporter au moins 40 % de logements sociaux. C’est mettre la barre très haute sans compter le coût élevé de ce type d’opération. »

Si 2015 semble être l’année de la reprise, il faudra encore attendre la fin de l’année pour confirmer cette tendance tout en espérant que le gouvernement ne change pas les règles fiscales. Comme chaque année !

Laurent Marchandiau

Recours : l'ordonnance du 18 juillet 2013 n’a rien changé

Olivier Gallais, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Alpes (FPI Alpes) assure que « sur les cinq départements que couvre notre observatoire, nous dénombrons au 30 avril 2 112 logements faisant l’objet de recours contre 1 600, il y a deux ans. Cela représente 450 M€ de chiffre d’affaires bloqués, 90 M€ de TVA non collectée, 432 logements sociaux non réalisés et 3 800 emplois potentiels non créés. L’ordonnance du 18 juillet 2013 n’a pas permis de juguler le nombre de recours. »



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide