Fermer la publicité

Agencement - Une atmosphère agencement clefs en main

Loire le 11 septembre 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 686 fois

Lorsqu’il a créé son entreprise à Saint-Chamond en 2007, Nordine Mebarki avait déjà une idée  bien arrêtée de la façon dont il souhaitait travailler.

Après avoir écumé l’équipement de la boulangerie plusieurs années, pendant lesquelles il a affiné ses compétences et son réseau, il s’est finalement lancé avec la volonté de maîtriser au maximum toutes les étapes d’agencement d’une boutique.
Si son entreprise, qui emploie aujourd’hui quatre personnes, réalise des projets pour des particuliers ou des commerces variés, elle s’est surtout fait une spécialité de l’agencement de boulangeries-pâtisseries. Nombre de boutiques portent la patte d’Atmosphère Agencement à Saint-Etienne, mais aussi autour de Lyon, où l’entreprise réalise la majorité de son activité. Mais Nordine Mebarki ne souhaite pas s’arrêter aux frontières régionales, ni même nationales, puisqu’il a déjà réalisé des boutiques en Algérie et au Qatar, grâce au réseau constitué notamment par ses clients. « Le premier projet en Algérie a été un vrai challenge que nous avons su réussir puisqu’on nous a confié d’autres projets », se souvient-il. Il faut dire que Nordine Mebarki et son équipe ne font pas les choses à moitié lorsqu’ils acceptent un projet. Pour le dirigeant, il est primordial de contrôler au maximum toutes les étapes. C’est pourquoi il prend souvent le rôle de contractant général et endosse la responsabilité des entreprises qui travaillent sur le projet : « on est très présents sur les chantiers, et de cette façon on a une meilleure maîtrise des délais et des coûts. »
Et pour maîtriser encore un peu plus, Nordine Mebarki a crée des filiales lui permettant d’avoir la maîtrise foncière de certains projets, de fournir le matériel de décoration ou encore l’équipement informatique nécessaire.  Depuis sa création, l’entreprise a déménagé ses locaux dans l’immeuble Green Space dans le quartier stéphanois de Montreynaud, son activité n’a cessé de se développer, atteignant 1,3 M€ de CA en 2012. « En 2013 on a connu une année plus difficile, due pratiquement exclusivement à des refus bancaires pour financer des projets. Il faut s’adapter à la conjoncture en faisant le dos rond. 2014 a été dans la même veine mais nous avons pu nous stabiliser et sortir un petit bénéfice. Alors que je pensais que c’était un secteur sûr, même les boulangers ont été touchés par la crise », constate Nordine Mebarki.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide