Fermer la publicité

Aéroport Saint-Etienne : un avenir sous mauvais augure

Loire le 25 février 2015 - Emilie MASSARD - Actualités - article lu 2787 fois

Aéroport Saint-Etienne : un avenir sous mauvais augure
DR - Pegasus ouvrant une nouvelle ligne à Lyon, la pertinence du maintien de celle de Saint-Etienne se pose

Au sortir du dernier conseil du syndicat mixte de l'aéroport de Saint-Etienne Loire, l'avenir de la structure ne paraissait pas beaucoup plus clair. Délégataire toujours inconnu, travaux engagés au strict minimum, et une participation de la CCI contestée… Tout cela n'augure rien de bon pour l'aéroport, d'autant que de fortes rumeurs commencent à circuler autour du départ de Pégasus.

Le conseil général, Saint-Etienne Métropole, Loire-Forez, le Pays de Saint-Galmier et la CCI Saint-Etienne Montbrison se sont réunis lundi une nouvelle fois en conseil syndical pour décider des choix qui impacteront l’avenir de l’aéroport ligérien. Et il semble que pour le moment, on navigue à vue. Seule chose à peu près sûre, l’aéroport devrait changer de propriétaire très rapidement, avant que les élections départementales ne viennent bousculer la composition du syndicat mixte.

La CCI devrait en effet céder la structure au syndicat mixte pour la somme de 4 M€. Les 145 000 € de reliquat qui devaient s’y ajouter dans les années à venir ne seront pas versés mais seront compensés par une diminution de la participation de la CCI au financement de l’aéroport, passant de 22 à 17 %. André Mounier, président de la CCI, a d’ailleurs tenu à rappeler « les efforts consentis par la CCI, le prix de vente de l’aéroport ayant largement diminué par rapport à ce qui était prévu au départ. Nous souhaiterions d’ailleurs que notre participation passe à 15 % ». Une demande que les membres du conseil devront étudier. En attendant, la vente devrait pouvoir être signée selon les termes proposés par le conseil, puisque la CCI les a acceptés lors de son assemblée générale. « La diminution de la participation de la CCI devra être compensée par la participation des autres membres, précisait Bernard Bonne, président du syndicat mixte. Nous ne souhaitons pas que les variations du prix d’achat et des participations des uns et des autres ne soient trop importantes. »

Autre dossier abordé par le conseil : le vote des travaux nécessaires à la réfection des pistes pour 3,5 M€  (lire encadré ci-dessous). S’il s’en tient au minimum, c’est que le conseil n’a pas encore statué sur les questions de fond qui concernent l’avenir de l’aéroport. D’ici le printemps, les résultats de la délégation de service public et les propositions des éventuels futurs délégataires devraient permettre au syndicat d’y voir plus clair.

Et si Pégasus s'envole ?

A tout cela, pourrait s'ajouter le départ de Pegasus, qui plomberait encore davantage l’aéroport ligérien. A partir de fin mars, la compagnie turque low cost ouvrira une nouvelle ligne Lyon Saint-Exupéry/ Istanbul Sabiha Gokcen. Cette annonce pose alors la question de la pertinence du maintien, à une soixantaine de kilomètres à peine, de la ligne Andrézieux-Bouthéon / Istanbul Sabiha Gokcen. Pour Pegasus France, contacté, aucune décision n’a été prise pour l’instant mais « la question du maintien de la ligne au départ de Saint-Etienne est légitime ». Lors de l’arrivée de la compagnie en 2010 dans la Loire, la fréquentation de la structure aéroportuaire a bondi de 501,5 %. En 2014, l’on enregistrait 151 000 passagers au départ de l’aéroport ligérien dont un tiers uniquement pour les vols vers la Turquie.

Le tour opérateur Emir Tour, dont le bail n'a pas été renouvelé, a quitté l'aéroport pour s'installer sur Lyon. Ces locaux vacants seront repris d'ici début mars par l'agence de voyage Vitamine Vacances qui vendra à son tour des billets pour Pegasus.

Emilie Massard et Marine Graille

 

3,5 M€ de travaux

Si l’avenir de l’aéroport est incertain, les membres du syndicat mixte n’en oublient pas pour autant la participation de Saint-Etienne à l’Euro 2016 de football qui arrive à grand pas. Les élus ont donc décidé de parer au plus pressé, et de faire les travaux nécessaires au bon accueil des délégations et du public qui viendra à Saint-Etienne. Un compromis pour permettre la bonne organisation de l’événement sans pour autant faire des investissements trop importants dans cette période charnière pour l’aéroport. D’ici à 2017, 3,5 M€ de travaux devront être réalisés sur la piste de l’aéroport, les taxiways et les parkings avions.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide