Fermer la publicité

Exposition : Adrien Montagne, regard bleu et paysages épurés

Loire le 05 septembre 2015 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Expositions - article lu 476 fois

Exposition : Adrien Montagne, regard bleu et paysages épurés
Béatrice Perrod-Bonnamour

Adrien Montagne, invité d'honneur de la 34e exposition du Petit Louvre, entouré d'artistes locaux, régionaux, emporte sur le fil du rêve le public lors d'un accrochage d'une quinzaine d'huiles sur toile, figuratives et abstraites. Rencontre à l'atelier du peintre rue Mulsant.

« Je voulais avoir plus de luminosité » explique Adrien Montagne qui a déménagé du centre ville de Roanne pour la proche périphérie, rue Mulsant. « Ici j’ai 125 m2 où se répercute la lumière du jour. L’espace consacré à mes élèves (il en a une bonne centaine et son école le Poing en couleurs, Ndlr) est plus fonctionnel ».

D’emblée, en regardant les formats magistraux aérés aux dominantes de bleu d’Adrien Montagne, on se sent bien.  Sa peinture apparait légère. Le blanc recouvre pour majorité la toile qui en certains endroits reste apparente. Et cependant une texture épaisse la recouvre réalisée souvent au couteau.

L’homme fut d’abord l’entraîneur de Bernard Mersh, champion de Full Contact. Le  paysagiste parisien disparu Berthommier, qui quitta Paris pour Montverdun, rencontra un jour Adrien Montagne. Celui-ci lui dévoila son jardin secret, amour de la peinture carnets de croquis à l’appui. Ce qui conforta la vocation du futur peintre qui baptisa son atelier Couleurs au poing.

Adrien Montagne, plus il  avance dans sa carrière, plus il affirme un graphisme épuré. Sa composition se montre rigoureuse. Son regard se fait clair. Finies semble-t-il les couleurs pures sorties du tube. Les rouges incandescents  font place à des tons de bleus célestes ou profonds marins. Il glisse aussi vers le mauve. Il délimite son sujet par des  bandes verticales qui ouvrent sur le sujet comme par des fenêtres. Ainsi des vues de Paris donnant sur trois ponts qui se dessinent au-dessus de la Seine suggérée. On suit le pinceau du peintre, placé en plan arrière, tandis qu’il dessine de lignes aériennes l’architecture des lieux. La lumière tombe du ciel. Elle nimbe aussi Le Golden Gate souvenir d’Amérique.  L’artiste donne vie à des personnages  stylisés qui font reconnaître le style Adrien Montagne avant d’avoir lu sa signature, griffée en épaisseur à droite ou à gauche de l’une ou l’autre des œuvres.

La touche se fait parfois impressionniste et glisse jusqu’à l’abstraction. Mais attention, toujours noter la verticalité des œuvres qui se lisent en grimpant le long de la lumière.

Béatrice Perrod-Bonnamour

Petit Louvre à La Pacaudière, du 11 au 27 septembre, du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h. Samedi de 10 h à 12 h.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide