Fermer la publicité

Aderly : les bons chiffres de 2013

Rhône le 19 février 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 828 fois

Aderly : les bons chiffres de 2013
Jacques de Chilly, directeur exécutif de l'Aderly (© Angel Sanhueza)

L’Aderly fête ses 40 ans en 2014.

Et pour bien débuter cette année, l’Agence pour le développement économique de la région lyonnaise annonce un bilan 2013 qui dépasse ses espérances. Des résultats d’autant plus satisfaisants pour la structure qu’ils se situent à contre-courant, l’attractivité de la France vis-à-vis des investisseurs étrangers étant sérieusement mise à mal. Jacques de Chilly, à la tête de l’agence métropolitaine, avoue même sa surprise face au contexte actuel, devant un durcissement de la situation en France « plus fort qu’on ne le pensait ».
La région lyonnaise ferait donc de la résistance. En 2013, l’Aderly enregistre même une année « record » : 77 implantations d’entreprise ont été réalisées sur le territoire, contre 71 en 2012. La taille des projets change. Ces 77 implantations correspondent à 1 825 emplois à trois ans (23,7 emplois par implantation en moyenne). Les 71 implantations de 2012 induisaient quant à elles 1 859 emplois à trois ans (moyenne de 26,2 emplois par implantation). Les nouvelles activités arrivées en 2013 se révèlent donc moins un peu moins porteuses en matière d’emploi.
Autre changement de tendance par rapport à 2012 : la part des projets à capitaux étrangers. En 2013, 55 % des implantations sont le fait d’entreprises étrangères, alors que l’Aderly constate plus habituellement une proportion de 60 à 65 % de projets à capitaux étrangers. Les investissements américains reculent par exemple, passant de 10 à 5. Mais dans le même temps, les investissements de « proximité » (30 projets de l’Europe) sont plus nombreux, tout comme ceux en provenance de France (35 projets).
Les projets asiatiques sont stables (quatre du Japon, un de Chine). La première implantation russe est par ailleurs enregistrée, tout comme la première en provenance des Emirats Arabes Unis. La progression des investissements de proximité n’est pas spécifique à Lyon, précise l’Aderly, mais s’inscrit dans le contexte mondial de « rationalisation » des stratégies des entreprises.
36 implantations concernent le tertiaire (27 entreprises de services et neuf de TIC), 30 les éco-technologies et l’industrie et 11 les sciences du vivant. Le secteur éco-technologies / industrie compte 80 % de projets d’origine étrangère, un chiffre qui contraste avec les 55 % évoqués plus haut.
D’autres indicateurs se révèlent positifs pour l’Aderly, comme les 10 centres de R&D qui ont été attirés (pour un objectif de huit) ainsi que les 27 centres de décision. En revanche, convaincre les investisseurs de miser sur une localisation péri-urbaine reste compliqué (quatre projets sur un objectif de six). Plus largement, en matière de territoire, Jacques de Chilly souligne les enjeux liés aux questions de métropolisation, convaincu qu’aujourd’hui l’attractivité se joue à l’échelon des fameuses métropoles.
Parmi les implantations recensées en 2013 : l’extension du studio de jeux vidéo Arkane (groupe américain Zénimax), l’ouverture d’un centre de relation client de l’américain Booking.com, ou encore un regroupement et une extension de sites à Communay, signée Lustucru. L’Aderly compte dans ses « tuyaux » quelque 300 projets en cours. Dubaï, la Chine, les Etats-Unis, la Turquie, le Japon ou encore le Brésil font partie des priorités 2014 de l’agence en matière de déplacements et/ou d’actions de promotion. A l’étranger, l’Aderly se présente plus facilement sous le nom « Invest in Lyon ». Un message limpide.

P.-J. N.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide