Fermer la publicité

Adep : Le projet de la maison d’accueil temporaire en stand by

Loire le 20 novembre 2014 - La Rédaction - Roannais - article lu 404 fois

Adep : Le projet de la maison d’accueil temporaire en stand by
La directrice générale de l'Adep a fait part de ses inquiètudes (D.R.)

Ce projet tient au cœur des bénévoles engagés au sein du Comité Loire.  Alain Lefranc  fondateur il y a 25 ans du Foyer pour grands handicapés en serait fier.

Ce foyer est alors  reconnu comme pilote. Alain Lefranc, président du Comité Loire Adep qu’il a fondé œuvre aussi  pour la construction de la résidence Amaryllis, accueillant en appartements des personnes semi-autonomes et bénéficiant de services d’accompagnement. Suit l’organisation du service « Adeph-Loisirs ».  Puis en 1998, ouverture  à Amaryllis d’un appartement de transition pour personne handicapée et d’un plateau technique avec auxiliaires de vie, service d’accompagnement à la vie sociale pour  personnes handicapées en appartement ordinaire.  Alain Lefranc disparait  en 2000. Gérard Lefranc son frère succède à la présidence du comité loire. Il conçoit, initie ce projet d’accueil Temporaire en 2002, crée l’Adapha pour promouvoir le projet. 2011, Il interrompt ses fonctions d’administrateur de l’Adep, de président de l’Adapha,  du comité Loire. En juin 2011, Gérard Lefranc obtint un accord de principe auprès du ministère pour cette maison d’accueil.
A  l’arrivée de la fondation hospitalière Sainte-Marie comme partenaire de l’Adep, le projet est repris. Lors de l’assemblée générale Mme Cohen, directrice de  la Fondation, chargée de mission déclare « les autorités des tutelles n’ont plus d’argent… ». Froid.  
Heureusement, le président  Bernard Lecompte, se réjouit du bon fonctionnement des structures, du travail des bénévoles.  Yves Lemaire,  secrétaire général retracent les activités. Notamment le développement du Comité Loire sur les villages des Montagnes du matin et Feurs par la création avec 7 clubs de danse, dont un groupe de Handydanse country avec 6 personnes handicapées en fauteuil.  « La Ville et le conseil général ont reçu des demandes d’accessibilités pour les sites à visiter. »

B. P.-B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide