Fermer la publicité

Addev nouvel ETI rhônalpine

Loire le 29 mai 2014 - Denis Meynard - Industrie - article lu 1401 fois

Addev nouvel ETI rhônalpine
Pascal Nadobny préside le comité Rhône-Alpes des conseillers du commerce extérieur (© Denis Meynard)

Une levée de fonds opérée en 2012 a permis un apport de 6 M€ et élargissement de l'actionnariat du groupe Addev, propriétaire du saint-chamonais Micel, avec désormais la présence de plusieurs actionnaires financiers (Naxicap, SG Participation et Garibaldi Participations).

Les deux fondateurs, Pascal Nadobny et Julien Duvanel, respectivement président et directeur général du groupe, conservent 60 % du capital.
« Le développement à Saint-Chamond de films techniques pour les panneaux solaires n’a pas eu les résultats escomptés, à cause des difficultés rencontrées par la filière photovoltaïque en France. Mais cette expérience a été bénéfique, car elle a boosté nos équipes en matière de R&D, de pôles de compétitivité, de projets collaboratifs et de connaissance des dispositifs nationaux d’aide à l’innovation. Cela nous a positionnés au croisement de plusieurs technologies permettant de répondre à une multiplicité de fonctions. Désormais, grâce à la maitrise de la transformation de nombreux matériaux, nous développons pour nos clients des solutions répétitives par métiers, commercialisées à notre marque », explique le Pdg.

Le premier trimestre 2014 a été marqué par l’acquisition de 70 % d’une PME familiale qui compte deux implantations dans le centre des Etats-Unis : Materials Converting, à Milwaukee, expert dans la transformation de matériaux techniques souples pour l’industrie ; Focused Solutions, à Cleveland, qui réalise des solutions d’isolation électrique pour l’industrie électrotechnique, l’aéronautique, le transport etc. Cette croissance externe qui apporte près de 8 M€ supplémentaires au groupe, consolide ses relations avec des partenaires américains tels que DuPont et 3M. « A partir de cette base, nous recherchons d’autres débouchés aux Etats-Unis, dans le cadre d’une démarche de multi-local », indique le patron du groupe qui se situe dans les cinq premiers en Europe pour les isolants électriques et qui affiche l’objectif de devenir le leader dans les pièces adhésives et les colles. Parmi les pays émergents, il s’intéresse actuellement à l’Inde.

Le chiffre d’affaires d’Addev, qui veut « maintenir la culture de proximité et les vertus de l’organisation à taille humaine », le situe parmi les ETI (Entreprise de taille intermédiaire), à partir de cette année. Implanté depuis 2013 en Pologne, où il réalise environ 4 M€ de chiffre d’affaires, il a effectué l’an dernier plusieurs opérations de croissance externe dans l’Hexagone. En novembre, le rachat d’Acdis, présent dans le Var et le Rhône, lui a permis de mettre un pied dans le secteur du bâtiment. En début de cette même année, deux autres sociétés, Isler & Walter, du Haut-Rhin, et Taisson, présente à Paris, étaient venues renforcer la filiale « d’adhésivage » et de collage Adhis. Sur 2014, le chiffre d’affaires consolidé devrait se situer entre 60 et 65 M€, (contre 49 M€ l’an dernier), avec 230 salariés.

En décembre, son ancrage rhônalpin s’est renforcé avec le transfert de Toulouse à Lyon du holding du groupe, où travaillent une vingtaine de personnes. Addev, qui emploie 25 personnes dans sa filiale Technifilm, à Valence, maintient à Saint-Chamond sa plus grosse unité : Micel, qui compte une cinquantaine de salariés sur la ZAC Stelytec. Dans, le Rhône, il possède deux petites implantations, d’une demi-douzaine de personnes chacune : une à Irigny et une autre à Saint-Priest, qui sera transférée à Chassieu d’ici la fin de l’année.

Denis Meynard
 

La R&D regroupée à Saint-Chamond

Addev va renforcer le laboratoire créé voici 3 ans au sein de son site saint-chamonais (spécialisé dans la découpe et la transformation de matériaux), qui regroupe désormais la R&D de l’ensemble du groupe. « Nous sommes dans une logique d’innovation permanente pour mettre au point de produits propres qui apportent une valeur ajoutée supplémentaire par rapport à l’existant, le cas échéant en remplissant plusieurs fonctions, et qui pérennisent notre activité », explique Pascal Nadobny.

Le laboratoire de cinq personnes qui effectue de la préparation d’échantillons, de la caractérisation et des tests de vieillissement des matériaux va prochainement être équipé d’une machine pour valider les prototypes et les fabriquer en petites séries.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide