Fermer la publicité

Activités englouties par le barrage de Villerest

Loire le 21 août 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 753 fois

Activités englouties par  le barrage de Villerest
La crue passe par-dessus la digue à Pinay

La création du barrage de Villerest supprima des cafés, des fermes, des industries.

Les gorges de la Loire étaient pleines d'activités avant le barrage. A Saint-Priest-la-Roche il y avait la  Source Victoire : eau gazeuse découverte dans les années 1800 par l'âne de la mère Victoire à Cordelle. Vers 1865, le propriétaire fit réaliser un captage et analyser l'eau ; le 29 août 1865 il eut l'autorisation de l'exploiter. Vers 1880, le nouveau propriétaire monta un établissement de bains avec trois baignoires. Avec la guerre de 1914 l'établissement s'arrêta.

Entre les deux guerres l'exploitation de la source reprit et se développa  en 1941 avec la création de la Société des eaux minérales de Saint-Priest-la-Roche. Le puits débite 12 m3 d'eau par jour. La vente se fait sur place et les livraisons dans les magasins en camionnettes. Mais en 1975, tout s'arrête en prévision du barrage et au printemps 1982 les bâtiments sont rasés. C'était alors le temps des cafés des bords de Loire où l'on servait friture, omelette et  fromage blanc : au château de la Roche, au pont de Presles, à la Vourdiat. Le temps des pêcheurs à l'épervier et des anguilles à la digue de Pinay, des carpes cuisinées à l'oseille, des silures cuits au beurre et à la persillade.

D'autres établissements seront engloutis sous les eaux du barrage : la papeterie de Villerest, l'usine hydroélectrique de Saint-Paul-de-Vézelin, les moulins de Saint-Maurice-sur-Loire, de La Vourdiat, du pont de Presles. Des fermes, un atelier d'artiste à Saint-Maurice (Chachkine, qui rebâtit sa maison plus haut ), des maisons particulières. En flânant on rencontrait aussi des chapelles à quelques mètres au-dessus  de la Loire :  la chapelle d'Allat, la chapelle de Chantois. Si elles n'ont pas été englouties par les eaux, elles ont été oubliées et il n'en reste que peu de traces.

La Loire d'avant le barrage c'était un fleuve avec des crues. En 1790 une crue emporta une barque et 11 personnes à Balbigny. Le 16 octobre  1907 la Loire franchit la digue de Pinay. Ce même jour un train dérailla entre Vougy et Le Coteau et fit six blessés. Autre drame à la digue en 1927, des agriculteurs, transportant du bois en barque, chavirent sous le poids du chargement (ils étaient 9 dans la barque),  tous périssent. L'instituteur composa une chanson en leur honneur.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide