Fermer la publicité

Actis : rééquilibrer la localisation des logements sociaux

Isère le 30 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 211 fois

Actis : rééquilibrer la localisation des logements sociaux
Actis - La premièe pierre du Liberté

C'est sur l'avenue Jean-Perrot qu'Actis construit son nouveau bâtiment qui se voudra en lien avec les transports doux, végétalisé, conçu pour y vivre comme dans des maisons individuelles, dans un quartier où les logements sociaux ne sont pas nombreux.

Le bailleur social Actis posait le 21 octobre la première pierre de la future résidence « Le Liberté », avenue Jean-Perrot à Grenoble.  Ce bâtiment de 18 logements locatifs sociaux, sera monté sur cinq étages au-dessus d’un rez-de-chaussé dédié à l’activité commerciale. L’originalité de cet immeuble réside dans l’articulation en duplex de la plupart des logements, dans la volonté de recréer l’ambiance de maisons individuelles. Tous les logements sont traversants et bénéficient d’une loggia ou d’un balcon. Le parvis devant l’immeuble fera l’objet d’un projet paysagé avec la ville de Grenoble, et devrait relier le square Bajatière tout proche.
Pour privilégier les modes de déplacements doux, un local vélos sera aménagé. De plus, deux places de parking seront pré-équipées pour la recharge des véhicules électriques. De même, l’immeuble se situe à proximité d’une ligne de tramway, d’un bus et d’une piste cyclable.
Le bâtiment a été pensé pour le confort des locataires et la maîtrise des charges de chauffage, et devra bénéficier des certifications Habitat et Environnement. Le bâtiment est isolé thermiquement par l’extérieur. Le chauffage est collectif et assuré par une chaudière au gaz à condensation. La toiture sera en partie végétalisée.
Le projet est estimé à 2,62 M€, dont 12,4% financés par les fonds propres d’Actis.  La plupart des fonds sont évidemment apportés par le crédit (71,4%), dont 1,72 M€ par la caisse des dépôts et 150 000 € par Amalia. Le reste a été apporté par des subventions : 158 000 € de la Métropole, 108 000 € de la ville, 68750 € de l’Etat, 30 000 € du Département et 60 000 € d’Aliance.
Les élus présents lors de la première pierre, ont rappelé l’importance du rééquilibrage de la répartition des logements sociaux dans la métropole et entre nord et sud de la ville. L’intégration de nouveaux bâtiments de logement social dans des quartiers historiquement plus pourvus en logements privés, passent par un important travail d’échange et de concertation avec les riverains, ont-ils encore signalé.

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide