Fermer la publicité

Exposition : M. Jacques travaille du chapeau

Loire le 16 mai 2015 - Florence Barnola - Expositions - article lu 441 fois

Exposition : M. Jacques travaille du chapeau
Georges Rivoire - Monsieur Jacques, Jacques Pinturier comporte 80 pièces du célèbre modiste

L'atelier-musée du Chapeau de Chazelles-sur–Lyon consacre une exposition rétrospective à un modiste réputé, Jacques Pinturier, qui exerça durant 46 ans jusqu'en 2013. C'est la première fois en France qu'une exposition est dédiée au célèbre artiste parisien.

Coiffes, tiares, dessins, croquis, photographies… Quarante-six années de travail du « maestro du chapeau » sont exposées à l’atelier-musée. « On connaît Jacques Pinturier depuis au moins 1991. Entre 2005 et 2013, il nous a offert 75 parures de tête », confie la conservatrice Eliane Bolomier. « Aucune exposition n’a encore été consacrée en France à ce célèbre modiste qui réalise des parures de tête s’apparentant à des sculptures. Jacques Pinturier est un modiste, mais pas seulement, il est un peu poète et philosophe. Il se définit d’ailleurs plus comme un artiste et s’éloigne de la description classique du modiste. »

Avec « Monsieur Jacques », le mouvement crée la forme. Jacques Pinturier a révolutionné le monde du chapeau depuis cinq décennies par la novation de la forme et la modernité des matériaux utilisés (Rhodoïd, galalithe…). Celui qui collabora aux collections de grands couturiers comme Jean-Louis Scherrer, Christian Dior, Balenciaga ou Schiaparelli vit ses chapeaux portés jusqu’aux champs de courses d’Ascot et dans les mariages huppés.

C’est à la fin des années 1960 qu’il ouvre son atelier et dépose sa griffe dans le monde du chapeau, après avoir travaillé pour Gilbert Orcel et dirigé la création des chapeaux chez Antonio Canovas del Castillo : « 1968 était le pire moment pour parler des chapeaux, il ne fallait plus dire le mot. Même les boutiques de luxe montraient des robes avec des mannequins sans tête. C’était une souffrance de voir cela. Je ne pouvais pas concevoir que des artistes de grand talent puissent s’occuper des femmes sans tête. J’ai ouvert à mon nom à ce moment-là. On me disait : "Mais les chapeaux personne n’en porte ! c’est démodé ! vous êtes le dernier des Mohicans…" » Pourtant Monsieur Jacques espérait être le premier des modistes, voulant faire autre chose du chapeau. Rue Cambon à Paris il réinventa le chapeau, « J’ai réinventé la femme, nuance-t-il. J’ai mis autour de son visage ovale un carré que j’appelle la quadrature du cercle. »

Betty, sa femme, son égérie

Pour cela l’artiste a eu une égérie, sa femme, rencontrée chez son oncle en 1955, « ça dure encore ». On retrouve Betty dans l’exposition, elle en est le fil conducteur matérialisé par un fils rouge de métal gainé fixé au plafond traçant un trait en l’air : « Ma femme porte un petit nœud rouge depuis toujours. C’est un accent circonflexe. Hokusai a dit : "je trace un point et tout autour sera vivant", moi, en tant que modiste, je trace deux points, le regard de ma femme, et tout va être vivant autour…» Il ajoute énamouré : « Avec ce fil, on peut faire n’importe quel chapeau comme un avion qui dessine dans le ciel ». Pour lui, à l’origine de toute chose se trouve une gestuelle. « C’est le coiffant qui détermine la probité du professionnel. Il y a des grands couturiers qui ne savent pas mettre un chapeau sur une tête. Avant d’inventer le chapeau souvent j’invente un geste. »

Cet amoureux de la féminité se reconnaît une fortune : « J’ai eu trois filles, vous vous rendez compte de la chance que j’ai ! ». Ces filles, et petites-filles, ont souvent portées avec Betty les créations du modiste dont un bon nombre est visible au musée de Chazelles. La recherche a toujours été le leitmotiv de Monsieur Jacques, et c’est encore le cas dans ses dessins et peintures qu’il réalise aujourd’hui. « Il ne faut jamais finir. Il faut recommencer. Finir c’est mourir. »

Florence Barnola

Georges Rivoire - Jacques Pinturier
  • Georges Rivoire - Jacques Pinturier
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire - Jacques Pinturier

Une carrière bien remplie

Pendant 46 ans Jacques Pinturier a créé des chapeaux. Donnant au musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon, 75 parures de tête. 80 pièces du modiste sont exposées dans l’ancienne chaufferie. Le titre de l’exposition « Monsieur Jacques » fait référence à sa femme et à ses petits-enfants qui l’appellent ainsi. Sa femme était seconde vendeuse chez le modiste Gilbert Orcel, l’oncle de Jacques Pinturier. « Traditionnellement », explique Eliane Bolomier, conservatrice du musée du chapeau « dans les ateliers de mode, le patron, et par ricochet le neveu du patron, était appelé par son prénom précédé de Monsieur. Cette tradition perdure encore ».

« Monsieur Jacques, Jacques Pinturier » est visible jusqu’au 4 octobre à l’atelier-musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide