Fermer la publicité

A 47 à vitesse variable : pas avant 2017

Loire le 06 mars 2015 - Xavier Alix - Société - article lu 210 fois

A 47 à vitesse variable : pas avant 2017
Xavier Alix - Il en coûtera 2 MEUR et des mois de travaux, à partir de fin 2016 au mieux

La Dir centre-est et non le plan Etat-Région comme prévu à l'origine, assumera le financement des 22 panneaux à signalétique dynamique. Panneaux notamment consacrés à une évolution de la limite maximale entre 90 et 110 km/h. Pas avant 2017 cependant.

C’était la solution envisagée depuis décembre 2013. Encore fallait-il que les crédits soient dégagés. Face à l’hostilité provoquée par la réduction de vitesse de l’A 47 de 110 à 90 km/h à l’initiative des préfectures de la Loire et du Rhône sous motifs à la fois de fluidité, d’écologie et de sécurité, il avait été envisagé de financer des panneaux à signalisation dynamique pour adapter la vitesse limite selon le contexte.

Pour cela 2 M€ (22 nouveaux panneaux) sont nécessaires. Un financement censé au départ s’intégrer au CPER (Contrat de plan Etat-Région) 2015-2020. Celui-ci enfin examiné après de longs mois de négociations par l’assemblée régionale le 6 mars compte un volet routier adossé, principalement financé par l’Etat (181,7 M€ sur 203 M€). Cet automne, la préfecture de Région nous confirmait qu’une des ses lignes serait consacrée à la création de ces fameux panneaux de signalisation de vitesse dynamique. L’orientation budgétaire a changé : à la lecture du CPER, nous constatons que le financement des panneaux par l’Etat est acquis mais hors CPER. C’est en fait le budget annuel de la Dir centre-est (gestionnaire public de l’A 47) qui les assume. Cependant sans pour autant que cela retire toute marge de manœuvre sur d’autres projets.

Contactée, elle indique qu’en cas de feu vert - très probable - du ministère, d’ici 6 mois le temps de traiter le dossier, les travaux pourraient débuter dans l’idéal toute fin 2016 et s’étaler sur plusieurs mois, entraînant fatalement des coupures la nuit. Reste encore à déterminer l’utilisation exacte de la la modulation de la vitesse - horaire ? Empirique ? - de ces 22 panneaux multi usages.

« Le fait du prince »

Association la plus opposée au passage de l’A 47 de 110 à 90 km/h, la Fédération française des motards en colère (FFMC) 42 n’en démord pas : « cette diminution était absurde puisqu’aux heures de pointe, la circulation contraint déjà à rouler à moins de 90 km/h », estime son président Michel Deboffles. A propos des bénéfices supposés, pour la FFCM ils sont peu concluants : « fin 2013, après un an, si la pollution avait baissé sur certaines zones mesurées de l’A 47, sur bien d’autres non. »

Quant à l’accidentologie, « les services de l’Etat le disent eux-mêmes : il n’y a pas eu de recul », affirme M. Deboffles, pour qui si le financement de panneaux est un point positif ou plutôt un moindre mal pour les utilisateurs, cela reste une gabegie financière criante : « malgré l’évidence, le préfet de région n’a pas voulu revenir sur sa décision. On est dans le fait du prince... »

Xavier Alix

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide