Fermer la publicité

Trois toques pour la solidarité

Isère le 30 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 115 fois

Trois toques pour la solidarité
Caroline Thermoz-Liaudy - 3 associations et le CCaS de Grenoble souhaitent récolter des fonds pour leurs actions

Manger étoilé pour récolter des fonds afin d'aider les associations de solidarité envers les plus démunis, c'est le nouveau projet de trois associations et du CCAS de Grenoble.

A Grenoble, il y avait déjà des repas de fête organisés pour les plus démunis (qui aura lieu cette année le 12 décembre), et le repas de Noël des aînés. Avec ce nouveau rendez-vous, les Restos du cœur, le Secours populaire, la Banque alimentaire et le CCAS souhaitent aider d’une autre façon les bénéficiaires. Car ce repas ne leur est pas adressé directement. Parmi les 200 invités prévus à l’ancien musée de peinture le 24 novembre : des entreprises, des institutions iséroises et un parrain : Michel Fugain.
Pour goûter au dîner élaboré par Stéphane Froidevaux, chef du restaurant, Le Fantin-Latour à Grenoble (4 toques au Gault& Millau), qui sera entre autres composé de foie gras, de velouté de potirons, de volailles au bouillon truffé et de desserts choco-fruités, les invités devront payer. 1000€ pour 5 personnes, 2000€ pour 10, (des invitations à l’unité sont possibles pour les particuliers). Les bénéfices seront divisés par quatre, et reversés aux trois associations et au CCAS. Le but étant d’augmenter nos moyens et de mettre nos actions en avant », explique Alain Denoyelle, président du CCAS.
Pour l’organisation du jour J, la chaîne de la solidarité a tenu bon : les élèves des écoles hôtelières feront le service, les fromages sont offerts par la fromagerie des Alpages, le marché d’intérêt général offre les potirons, alors que Fraica offrira les cafés. « On estime notre taux de reversement à 70% » Quant au chef Froidevaux : "J’ai dit oui tout de suite, car j’estime que c’est un devoir. Si ça marche, je le referai l’année prochaine, avec même une plus grande capacité. "
Au milieu de tant de  bonne volonté, arrive pourtant un pavé dans la marre, lancé par le groupe « Rassemblement de gauche et de progrès » (PS). Il concerne un autre repas, celui des aînés, dont le format a été modifié par l’actuelle majorité. Une erreur pour le groupe de Jérome Safar, qui rappelle que « C’est une exigence du respect qui est dû à nos aînés ». Pour Alain Denoyelle, adjoint à l’action sociale, ces reproches sont infondés :  « Nous invitons plus de monde, car les plus de 65 ans sont concernés, alors que n’étaient invités auparavant que les plus de 70 ans. Ce sera sur un temps plus long, au palais des sports. Nous avions la volonté de changer le format de ce repas. »

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide