Fermer la publicité

Opération vitrophanie avec les commerces vacants

Isère le 14 décembre 2015 - Patricia TRICOCHE - Nord-Isère - article lu 430 fois

Opération vitrophanie avec les commerces vacants
Patricia Perry Tricoche - Romi Marmont, chargée de l'économie présentielle aux Vallons Jean Claude Pelisse et Aline Trinh, développeuse commercial

La vitrine est la première perception de la boutique pour le client tout comme elle représente l'identité visuelle du commerce local. Dans le cadre de sa politique de revitalisation du centre-ville La Tour-du-Pin, associée aux Vallons-de-la-Tour, vient de lancer une opération d'habillage des vitrines de locaux vacants.

Se réapproprier des vitrines vides, les revaloriser avec des décors en trompe l’œil, inciter des reprises de commerces au centre ville, tels sont les objectifs que se sont fixés les élus pour donner une meilleure lisibilité des espaces vacants. Comme le souligne Jean-Claude Pelisse, vice président des Vallons en charge de l’Economie présentielle, ces visuels réalisés sur le principe de la vitrophanie permettent d’éviter la rupture des linéaires commerciaux trop présents en suggérant une activité commerciale qui fait défaut avec le double objectif d’améliorer l’esthétique des rues pour les passants, habitants voisins et commerçants mais surtout de susciter l’intérêt des porteurs de projets qui ont ainsi une idée du potentiel des locaux.

« Les cinq  vitrophanies décoratives mises en place à l’approche des fêtes de fin d’année correspondent à des activités commerciales que la clientèle a identifié comme manquantes, explique encore le vice-président des Vallons, c'est une belle opportunité pour relancer le linéaire essoufflé.» Le maire Fabien Rajon avait anticipé cette opération en adhérant à l’association « centre ville en mouvement » véritable vivier d’idées et d’outils d’aide à la redynamisation des centres-villes car le développement économique est bien une priorité. Une opération financée également par la Région Rhône-Alpes à laquelle une demande de subvention a été faite dans le cadre de l’opération collective de modernisation en milieu rural et du contrat de développement durable Rhône-Alpes. Si aujourd’hui ces commerces jouent de l’illusion on ne peut que leur souhaiter d’être éphémères pour que de vrais commerçants en ouvrent les portes.

Patricia Perry-Tricoche

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide