Fermer la publicité

Débandade du Front national à Roanne

Loire le 15 octobre 2015 - Louis Pralus - Politique

Débandade du Front national à Roanne
Archives L'Essor - Sarah Brosset en plein travail

Les deux sièges de l'élue FN roannnaise au conseil municipal de Roanne et à Roannais agglomération restent désespérément vides faute de candidate ou candidat pour lui succéder.

Suite à la démission de Sarah Brosset  (chef de file des élus FN de Roanne) de ses mandats de conseillère municipale de Roanne et conseillère communautaire de Roannais agglomération, la ville de Roanne a fait appel au premier des candidats non élus de la liste : en l'occurrence le n° 3 puisque le n° 2 est Christian Milon, toujours conseiller municipal de Roanne : il s'agit de Sandrine Burdin (épouse Jandet). Contrairement à ce que nous annoncions elle a refusé de siéger au conseil municipal. La ville a fait appel alors au 4e candidat, Noël Jandet (époux de Sandrine Burdin) et il n'a donné aucune réponse. Il semblerait, d'après le seul élu encore en  place , que ce soit non également. Pour le conseil communautaire Sarah Brosset ne peut être remplacée que par une femme. Donc si un homme la remplaçait au conseil municipal le siège de conseiller communautaire serait déclaré vacant !

Yves Nicolin trouve que cela commence à bien faire et lors du conseil municipal  de Roanne du jeudi 8 octobre il n'a pas caché son agacement. Il a demandé publiquement à Christian Milon quelle allait être la réponse de M. Jandet. « Je pense qu'elle sera négative », a déclaré le dernier élu FN. Devant cette réponse Yves Nicolin a donné une leçon au Front national roannais. « Quand on est élu et qu'on n'est pas capable d'assurer le minimum demandé, ça pose des questions en terme de crédibilité. Se présenter à une élection, c'est accepter d'assurer un travail et des responsabilités. » Le feuilleton Front national risque de durer d'autant plus que M. Milon a refusé d'assurer la présidence d'un bureau de vote aux régionales que lui offrait Yves Nicolin. Ce dernier lui écrit que cette décision est inacceptable et "démontre que votre formation politique est inapte à assurer le minimum de responsabilités. » Il poursuit : « Ces agissements en disent long sur votre incapacité à assurer les engagements que vous avez pris devant les électeurs, que vous avez manifestement dupés. »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide