Fermer la publicité

8-Mai 1945, un plaidoyer pour l’Europe

Loire le 15 mai 2014 - La Rédaction - Forez - article lu 356 fois

8-Mai 1945, un plaidoyer pour l’Europe
Thomas Faure, 16 ans, a lu le message des Anciens Combattants (D.R.)

Jeudi 8 mai, les associations d’anciens combattants et prisonniers de guerre et leurs 14 porte-drapeaux, les autorités administratives, civiles et militaires se sont rassemblées devant le monument aux morts du Jardin d’Allard pour commémorer l’armistice du 8-Mai 1945 en présence des membres du conseil municipal, de Paul Salen, député, de Liliane Faure, conseillère générale, rejoints par Alain Berthéas, président de Loire Forez. Thomas Faure, 16 ans, arrière-petit-fils d’un combattant de 39-45, a lu le message des anciens combattants et prisonniers de guerre, déplorant les 60 millions de victimes, dont 600 000 Français.

Jeudi 8 mai, les associations d’anciens combattants et prisonniers de guerre et leurs 14 porte-drapeaux, les autorités administratives, civiles et militaires se sont rassemblées devant le monument aux morts du Jardin d’Allard pour commémorer l’armistice du 8-Mai 1945 en présence des membres du conseil municipal, de Paul Salen, député, de Liliane Faure, conseillère générale, rejoints par Alain Berthéas, président de Loire Forez.
Thomas Faure, 16 ans, arrière-petit-fils d’un combattant de 39-45, a lu le message des anciens combattants et prisonniers de guerre, déplorant les 60 millions de victimes, dont 600 000 Français. La victoire du 8-Mai 1945 « rétablissait la paix et faisait échouer la tentative d'asservissement de l'Europe par le régime nazi ».
Jean-Michel Porcher, sous préfet, a lu le message de Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants. « Les commémorations de la Seconde guerre mondiale nous invitent, dans la fidélité du souvenir, à mesurer le chemin parcouru depuis 70 ans et les sacrifices endurés pour nous offrir la paix en héritage. Cette paix a un nom, un espace, une histoire : c’est l’Europe. Elle a su nous préserver de la guerre et garantir la fraternité des peuples. Veillons à en assurer ensemble le destin. »
Trois gerbes ont été déposées, successivement par J.-M. Porcher, sous-préfet ; Christophe Bazile, maire de Montbrison et Jacques Chapot, président des anciens combattants.
La commémoration s’est poursuivie par un dépôt de gerbe devant le monument aux morts de Moingt, par le maire, puis par Jacques Chapot accompagné de Jean-Marie Fouquet, 96 ans, le dernier survivant local de la Seconde guerre mondiale.
Natif de Saint-Bonnet-le-Courreau, J.-M. Fouquet, habite Moingt. Il a été fait prisonnier au début de la guerre et a été libéré en mai 1945 après 5 années de captivité.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide