Fermer la publicité

3e ligne de tram : le projet phare de Saint-Etienne Métropole

Loire le 11 mars 2015 - Marine GRAILLE - Collectivités locales - article lu 663 fois

3e ligne de tram : le projet phare de Saint-Etienne Métropole
Sem - La 3e ligne de tramway est le projet phare du plan de mandat proposé par l'exécutif

Programme chargé pour ce conseil communautaire de mars à Saint-Etienne Métropole. Dans un premier temps, le plan de mandat 2014-2020 a été présenté aux élus puis dans un second temps, le budget primitif pour 2015 qui a été adopté à la majorité.

Second conseil communautaire délocalisé. Après Le Chambon-Feugerolles en février dernier, c’est à la Bourse du travail de Firminy que se sont réunis les élus de l’agglomération. Ce conseil représentait par ailleurs un moment clé pour le nouvel exécutif puisqu’il s’agissait que la présentation du plan de mandat.

Il aura fallu un peu plus de deux heures pour présenter les différents objectifs et projets que le président Perdriau et ses vice-présidents comptent mener au cours du mandat. Pour élaborer cette feuille de route, chaque maire de l’agglomération a été mis à contribution. « Dès mon élection, j’ai souhaité aller à la rencontre des conseils municipaux des 45 communes afin de connaître chaque élu et d’entendre leurs souhaits pour l’avenir, mais aussi leurs préoccupations et de mesurer leurs attentes vis-à-vis de l’agglomération », confie G. Perdriau.

L’un des premiers axes que le nouvel exécutif souhaite développer concerne le positionnement de l’agglomération stéphanoise au sein de la future région Rhône-Alpes/Auvergne qui verra le jour au 1er janvier 2016. Pour cela, G. Perdriau entend travailler sur l’évolution de la communauté d’agglomération vers le statut de communauté urbaine ou de métropole. Si pour le premier cela relève du choix des conseillers communautaires, pour le second statut, c’est l’Etat qui doit se prononcer courant 2015 sachant que le seuil minimum pour obtenir ce statut est de réunir 400 000 habitants. Il n’en manquerait alors que 21 000 pour Sem. « Je ne suis pas inquiet pour les atteindre », estime G. Perdriau.

Le nouveau tram, à 70 M€

En termes de projets « concrets », le plan de mandat n’en manque pas avec par exemple de grands aménagements sur le site Novaciéries à Saint-Chamond, l’entrée Est de Rive-de-Gier avec la destruction de l’ancien site Duralex ou encore le réaménagement du site de la Doa à Saint-Etienne. Parmi les projets à réaliser au cours du mandat, on retrouve évidemment celui de la 3e ligne de tramway qui est loin de faire l’unanimité. « Cette ligne n’est pas utile. Je ne comprends pas que vous persistiez sur cette question », interpellait Maurice Vincent, de l’opposition. « Cette ligne de tram, estimée à 70 M€, c’est un investissement sur la durée. Ce sera une infrastructure utile pour les générations à venir », argumentait le président Perdriau.

 Marine Graille

Premier budget primitif sous G. Perdriau adopté

Second volet important de ce conseil communautaire : l’adoption du premier budget primitif sous la présidence Perdriau. Un budget qui confirme la stabilité de la fiscalité avec un montant global des investissements de 82 M€. 

Christian Julien, vice-président chargé du budget, s’est donc chargé de présenter le budget primitif pour 2015. L’élaboration de celui-ci a loin d’avoir été de tout repos puisqu’il a fallu jongler avec une baisse des dotations de l’Etat de l’ordre de 3,3 M€ en 2015, sans pour autant augmenter les impôts et tout en poursuivant les investissements.

En préambule, Ch. Julien estime le BP « conforme aux orientations budgétaires ». Ainsi hors le remboursement en capital de la dette, 20,8 M€, et les dépenses imprévues à hauteur d’1 M€, le montant des investissements 2015 s’élève alors à 82,2 M€. Dans cette enveloppe, 61,4 M€ seront consacrés à des dépenses d’équipement sur le budget principal, 2,6 M€ pour les zones industrielles et 19,2 M€ sur les transports dont 500 000 € seront consacrés à l’étude du projet de la 3e ligne de tram sur Saint-Etienne.

Lorette vote oui !

40 % des dépenses de fonctionnement seront par ailleurs dédiées au reversement aux communes, soit 107,3 M€ dont 21,5 M€ pour la dotation de solidarité communautaire (DSC). En effet, dès 2015, Sem restituera aux communes la DSC qui leur avait été prélevée en 2010. D’ici 2018, cette dotation pour chaque commune reviendra au niveau qu’elle était en 2009. Une nouvelle dont s’est largement félicitée Gérard Tardy qui d’ailleurs a voté en faveur de ce budget. Un vote « événement » qui n’était pas arrivé au maire de Lorette depuis 12 ans.

En termes de recettes sur les 385 M€, 316,3 M€ concernent des recettes de fonctionnement et 68,5 M€ des recettes d’investissements. G. Perdriau a mis l’accent sur le choix établi par son équipe de pas augmenter les taux de fiscalité que ce soit pour les ménages ou pour les entreprises.  Une décision qui semble inquiéter l’ancien président de l’agglomération, Maurice Vincent. « Il n’y a pas d’augmentation d’impôt ni d’augmentation de la dette. A un moment, M. Perdriau il vous faudra choisir. »

Ce premier budget du nouvel exécutif a finalement été adopté à la majorité malgré 15 votes contre et 4 abstentions. 

M.G.   

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide