Fermer la publicité

2015, une année de stabilisation pour l'AIMV

Loire le 06 juillet 2015 - Daniel Brignon - Sciences, Santé, Environnement - article lu 273 fois

2015, une année de stabilisation pour l'AIMV
Daniel Brignon - M. Ronat et J. Labouré confiants malgré les difficultés

L'AIMV, l'une des plus importantes structures associative d'aide à domicile en France, a connu à nouveau une année difficile, à l'instar de l'ensemble des structures qui relèvent de cette activité. Par des efforts de diversification et d'optimisation de l'activité, l'AIMV espère retrouver l'équilibre en 2016.

Le secteur de l’aide à domicile a connu depuis 2011 une baisse d’activité due au retrait de la Carsat du financement de certaines prestations à domicile, à la réduction horaire des plans d’aide. L’AIMV qui n’a pas échappé à cette pente descendante a connu une restriction du nombre d’heures effectuées à domicile de 25,94 % en quatre ans. Une décroissance encore sensible en 2014, mais « stabilisée depuis octobre dernier », indique Jocelyne Labouré, directeur général de l’AIMV, structure qui a effectué en 2014 : 960 874 heures à domicile.

À l’exception du licenciement de trois cadres en 2013, l’AIMV n’a pas pour autant réduit son personnel, maintenu à 1 300 salariés. C’est pour l’association que préside Maurice Ronat une volonté première de ne pas recourir aux suppressions de postes, malgré la hausse des charges sociales qu’ont entraîné la mise en place des la prévoyance obligatoire et la réduction des exonérations de charges depuis 2012, impactant aussi le résultat d’exploitation.

La cause mécanique du déficit chronique depuis 2012 de la structure tient surtout au fait que le tarif horaire qui lui est versé (fixé par le conseil départemental) demeure inférieur au prix de revient. « Nous perdons 85 centimes de l’heure sur les activité de prestataire, qui rapportés aux 960 000 heures effectuées indique le niveau du déficit annuel », de l’ordre de 800 000 € (sur un budget global de 37 M€). Une aide à la restructuration du CNSA a permis de le pallier en partie. C’est la cession du Centre médical des sept collines fin 2013 à la Mutualité française Loire qui « a permis à la structure de survivre en 2014 ».

L’AIMV ne baisse pas les bras. L’association a investi dans un nouveau système informatique mis en place en 2015 pour optimiser la gestion des heures et des déplacements, sur lequel l’AIMV espère des gains en fonctionnement, qu’amènera aussi une coopération qui se dessine avec d’autres associations d’aide à domicile pour mutualiser certaines ressources. L’AIMV compte surtout sur un redéploiement de l’activité sur d’autres secteurs du service à la personne, auprès des personnes handicapées notamment ou à travers de nouveaux services innovants comme le dispositif de « repérage et prise en charge de la fragilité au domicile », alternatif à l’hospitalisation, mis en place avec le CHU. Autant d’outils pour atteindre l’objectif visé de l’équilibre en 2016.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide