Fermer la publicité

2014, année record de production pour la fourme de Montbrison

Loire le 05 mars 2015 - Louis Thubert - Agroalimentaire - article lu 312 fois

2014, année record de production pour la fourme de Montbrison
DR - Après plusieurs actions de communication, la fourme de Montbrison a dépassé son record de production

Après une période difficile il y a quelques années, la fourme reprend du poil de la bête. Un record de production a été atteint en 2014, après plusieurs actions de communications impulsées par le syndicat de la fourme de Montbrison.

C'est quasiment une renaissance : la fourme de Montbrison n'a jamais autant produit qu'en 2014. Depuis la séparation d'avec l'appellation fourme d'Ambert, en 2002, c'est un record qui a été atteint. 533 t, soit 35,4 t de plus que l'année d'avant. Une progression de 6,6 % par rapport à 2013, et de 16 % (+ 86 t) si on se réfère à 2012. On est loin des années 2010-2011, quand l'opérateur Forez Fourme, passant de repreneur en repreneur, avait fini par être placé en liquidation judiciaire, menaçant les débouchés de nombreux producteurs laitiers. Voire l'existence même de la fourme. Aujourd'hui, Forez Fourme est devenu l'Entreprise Laitière de Sauvain, et deux fromageries bios se sont implantés : de 3 en 2012, annus horribilis, le nombre d'opérateurs a doublé en 2014. Paul Duchamp, président du syndicat de la Fourme de Montbrison et agriculteur, jubile : « Certains voyaient l'appellation fourme de Montbrison disparue, moi j'y crois, et encore plus maintenant ! »

Communication

Il faut dire que le syndicat a mis les moyens pour promouvoir le fameux fromage hors des frontières du département, voire au-delà de Rhône-Alpes. Spots télévisés, opérations de communication auprès de la fédération des crémiers de France... Tous ces efforts ont fini par payer : « On trouve de la fourme dans toutes les régions de France !  » , s'enthousiasme Paul Duchamp. Le président du syndicat insiste sur la nécessité de se baser sur l'appellation. «  Le terroir fait vivre l'appellation, les OGM sont interdits... Quand on veut avoir un produit de qualité il faut être crédible !  », insiste-t-il. Et il espère que les autres fromages produits sur le territoire, brique, tome de montagne, profiteront de « l'appel d'air » engendré par les bons résultats de la fourme de Montbrison.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide