Fermer la publicité

2 M€ pour la rénovation des stades de l'agglomération stéphanoise

Loire le 23 novembre 2015 - Daniel Brignon - Collectivités locales - article lu 318 fois

2 M€ pour la rénovation des stades de l'agglomération stéphanoise
Sint-Etienne Métropole - La Fan zone pourra accueillir jusqu'à 20 000 personnes

L'organisation de l'Euro 2016 amène aux collectivités organisatrices une manne de 20 M€ pour l'aménagement d'équipements sportifs.

C’était une revendication des 10 sites hôtes de la compétition que l’organisation de l’Euro 2016 laisse une trace durable sur leur territoire. Celle-ci prendra la forme d’équipements sportifs de proximité, subventionnés à hauteur de 20 M€ par l’UEFA pour l’ensemble des 10 sites selon une dotation nommée « héritage Euro ». 2 M€ sont donc attribués à Saint-Étienne Métropole, collectivité organisatrice, qui a réparti la somme entre 18 projets de rénovation ou de création de stades dans 16 communes de son territoire. Cette répartition a été approuvée largement par le conseil communautaire informé par ailleurs des dispositions prises pour l’accueil de l’Euro 2016.

Saint-Étienne Métropole, signataire des contrats de site hôte et de stade hôte, s’appuie sur deux partenaires publics, la Ville de Saint-Étienne et le Département, et quatre partenaires privés possibles, non-déterminés encore mais en discussion, assure Roland Goujon, en présentant le dispositif d’accueil. Il est organisé autour d’une Fan zone, parc François-Mitterrand, où sera dressé un écran et ouvert 11 jours, les 4 jours de matchs à Saint-Étienne, les jours de matchs de l’équipe de France, les phases finales. Un autre écran sera érigé en centre-ville, fonctionnant en alternance, au sein d’un Fan village organisé en 6 espaces thématiques. Complètent le dispositif la Fan embassy, espace d’accueil des supporters à la gare, et le Fan camp, un camping à l’étude sur plusieurs sites.

Le tram toujours en débat

L’instauration d’un périmètre d’étude autour des tracés envisagés pour la troisième ligne de tramway a réactivé le débat sur l’opportunité de cette nouvelle ligne, contestée essentiellement par les socialistes, comme Florent Pigeon cette fois, déplorant que cette ligne ne réponde pas à une demande sociale existant par ailleurs dans la ville. Jean-Claude Charvin s’est fait le défenseur de la ligne projetée, au nom de l’aménagement du territoire dont le tram peut être le vecteur, en particulier des quartiers que la ligne doit traverser, en « déshérence totale », que l’infrastructure l’irrigant peut permettre de reconquérir. Le débat se poursuit mais évolue et s’enrichit.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide