Fermer la publicité

14 juillet : Thierry Kovacs compare la France prérévolutionnaire et la France contemporaine

Isère le 17 juillet 2014 - Alexandre Bassette - Centre-Isère - article lu 1643 fois

14 juillet : Thierry Kovacs compare la France prérévolutionnaire et la France contemporaine
Thierry Kovacs lance un appel au rassemblement des Français (D.R.)

« 225 ans nous séparent de cette époque.

Mais déjà, les Français critiquaient un impôt trop élevé et la dette publique était pharaonique », a-t-il souligné, passant sous silence d'autres similitudes qu'il avait pu relever. Une comparaison choc pour marquer les esprits. « Je rencontre tous les jours des concitoyens inquiets et je crois que, comme il y a deux siècles, nous sommes arrivés à un point de bascule dans un système qui ne fonctionne plus, a-t-il poursuivi. La suite, nous la connaissons... »
Le député PS Erwann Binet, présent à la cérémonie, dénonce « un discours politicien indélicat et déplacé » pour un jour de fête nationale : « J'ai cru qu'il allait appeler à prendre les armes et la guillotine », s'offusque-t-il. Ce dont Thierry Kovacs se défend. « Comparaison n'est pas raison, reconnaît-il. Nous avons changé de siècle et je ne souhaite pas une nouvelle révolution sanguinaire. Au contraire, j'en appelle au rassemblement. »
C'est une prise de conscience que réclame le maire de Vienne pour qui le gouvernement doit faire preuve d'audace, sans attendre le déclin qui fera mourir la France. « Nous devons réformer », l'a d'ailleurs rejoint l'ancien sous-préfet Lionel Lemoine qui se dit raisonnablement optimiste. « C’est déjà ce que fait le chef de l’État », plaide le député. Mais pour le maire de Vienne, « les Français doivent s'élever contre la résignation et le repli pour trouver, ensemble, la force d'infléchir le cours de l'Histoire. ».

Alexandre Bassette


L'un arrive, l'autre s'en va. Hasard des nominations, le premier 14-Juillet de Thierry Kovacs en qualité de maire a aussi été le dernier pour le Lionel Lemoine, l'ancien sous-préfet de l'arrondissement. Après avoir été décoré de la médaille d'honneur de la ville, celui qui est désormais préfet en charge d'une mission de lutte contre le trafic de stupéfiants aux Antilles a fait part de son émotion et a tenu à remercier toutes les personnes avec qui il a collaboré ces dernières années.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide