Fermer la publicité

Trois contes de Grimm en itinérance

Loire le 28 mars 2015 - Florence Barnola - Spectacle, Théâtre - article lu 268 fois

Trois contes de Grimm en itinérance
Sonia Barcet - trois contes de Grimm réinterprétés par la promotion 26

Dans le cadre de la Comédie Itinérante les troisième année de l'École de la Comédie de Saint-Étienne jouent trois adaptations de contes de Grimm écrites et en partie mises en scène par eux. Astucieux et Jubilatoire.

La promotion 26 sortira dans quatre mois. Les 9 apprentis comédiens qui la composent seront alors sur le marché du travail. Pour l'heure, ils ont adaptés trois contes de Grimm qu’ils jouent dans les communes ligériennes et altiligériennes jusqu’au 4 avril. Ces spectacles résultent d’ateliers d’écriture, jeu et mise en scène menés avec Arnaud Meunier et Laure Bonnet (dramaturgie).

Le directeur du CDN de Saint-Étienne signe la mise en scène de l’un des trois contes La Reine du Silence (tiré des Douze frères), écrit par Pauline Panassenko qui joue par ailleurs la reine. Les deux autres contes sont mis en scène par des élèves. Le conte du genévrier est ré-écrit et brillamment mis en scène par Mélissa Zehner, Le sel de la vie est une adaptation de La gardeuse d’oie à la fontaine signée par Gaspard Liberelle et mise en scène par Aurélia Lüscher.

Les élèves se révèlent des professionnels tant dans les traitements scéniques proposés que dans l’écriture et leur qualité de comédiens. On les sent rompus à la représentation, ils ne craignent pas le public, bien au contraire, ils se montrent sincères et généreux dans leur jeu. L’exercice n’est pourtant pas aisé : la scénographie d’une grande simplicité transforme la scène en cirque romain. Les spectateurs encerclent les protagonistes, assis sur les gradins ils font partie intégrante de l’histoire devenant des témoins. Quant aux propos des pièces-contes, ils n’ont pas pris une ride, empreints d’injustice, de violence, parfois même assez cruels comme peut l’être notre époque : différences sociales, pauvreté, la place de la femme, de l’enfant…

Le public, les petits comme les grands, passe de l’exclamation aux rires, aux sourires, à l’indignation… Comme des enfants, nous voilà donc happés, oubliant nos portables et autres technologies modernes pour se laisser guider dans ces histoires intemporelles qui résonnent encore tellement aujourd’hui.

 

Florence Barnola

Grimm 1 : centre social de La Talaudière, samedi 28 mars à 17 h ; salle de Saint-Martin-la-Sauveté, mercredi 1er avril 20 h ; Théâtre de Tardy à Saint-Étienne, vendredi 3 avril à 20 h ; centre social Soleil Levant à Firminy, samedi 4 avril à 19 h.

Grimm 2 : Espace social Valbenoite à Saint-Étienne, samedi 28 mars à 17 h ; salle Jacques-Estérel à Bourg-Argental, mercredi 1er avril à 18 h 30 ; salle d’Amions, jeudi 2 avril à 10 h et 14 h.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide