Fermer la publicité

« Suite aux attentats, pour vivre debout, retrouvons-nous »

Rhône le 21 janvier 2015 - Correspondance - Monts du Lyonnais - article lu 38 fois

« Suite aux attentats, pour vivre debout, retrouvons-nous »
D.R. - 160 personnes étaient présentes

Environ 160 personnes, jeunes et moins jeunes, ont participé ce 14 janvier à la soirée organisée par la MJC et la municipalité de Saint-Martin-en-Haut, sur le thème : « Suite aux attentats, pour vivre debout, retrouvons-nous ».

Dans un premier temps, chacun était invité à déposer une phrase, un dessin, un texte qui le touchait, en lien avec ces événements. Les personnes présentes ont déposé leurs œuvres sur un mur d'expression et ont pu commencer à échanger entre-elles sur ce qui était accroché au mur.
Ainsi se trouvaient des phrases telles que : « Seul l’amour triomphera face à la haine » ; « Ils ont voulu les tuer, ils les ont rendus immortels » ; « 17 morts, 66 millions de blessés ». Une autre phrase interrogeait : « Pourquoi enterre-t-on les victimes juives françaises en Israël ? Est-ce que çà n’alimente pas le clivage des religions » ?
Le maire Régis Chambe a ensuite rappelé le cadre de cette rencontre : nos valeurs républicaines constitutionnelles et leur déclinaison locale. Puis les jeunes ont fait remonter leurs questions selon quatre thèmes : « Pourquoi une réaction de telle ampleur ? » « Qu'est-ce que ça veut dire : « Je suis Charlie » ? » « De toute façon, je n'aimais pas ce journal Charlie Hebdo ! » « Est-ce un problème de religion ? »
Des réponses ont pu être proposées, éclairées par l'analyse et les réflexions d'Alain Garnier, professeur d'histoire-géographie éducation civique au collège Le Petit Pont. Les notions de liberté d'expression, de respect des différences, de laïcité ont été abordées. Sur chaque thème, un dialogue s'est établi avec la salle. Différentes personnes ont pu s'exprimer, le tout dans un climat de respect mutuel. 
Terminée par un moment musical et des échanges informels en petits groupes, cette soirée, qui s'est voulue une modeste étape dans la recherche d'un vivre ensemble plus fraternel, a été un moment très intéressant qui a semblé satisfaire l'ensemble des participants.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide