Fermer la publicité

Des élus roannais reprennent la réflexion

Loire le 16 octobre 2015 - Aline Vincent - Actualités - article lu 54 fois

Le préfet de la Loire a annoncé les nouvelles frontières de l'intercommunalité roannaise, indiquant qu'il s'agissait d'une base de travail. Les insatisfaits comme les communautés de communes de la Copler, des Vals d'Aix et Isable et Pays d'Urfé retournent à leur dossier.

Depuis la présentation du nouveau schéma intercommunal par le préfet, Fabien Sudry, à la CDCI1 le 9 octobre, les élus ont deux mois pour de nouveau faire valoir leurs arguments. Un arrêté sera proposé en janvier, validé en mars pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2017. Les 3 communautés de communes que sont la Copler (Pays entre Loire et Rhône), Vals d'Aix et Isable et Pays d'Urfé auraient aimé fusionner entre elles, voire aussi avec Balbigny qui elle, est rattachée au Forez. Un projet qui s'inscrivait davantage pour leurs présidents dans une logique de territoire et d'efficacité. « Ce qui ne veut pas du tout dire que nous nous positionnons contre le Roannais agglomération, tient à préciser Hubert Roffat, le président de la Copler. Nous souhaiterions plutôt faire fusionner nos trois communautés de communes, voire avec celle de Balbigny, tout en travaillant en étroite collaboration avec le Roannais Agglo ». Les trois présidents craignent une concentration vers la ville centre. Les enjeux tournent autour de l'aménagement économique ou encore du champ d'application de la proximité.

On se remet au travail

Pour Georges Bernat, président des Vals d'Aix, « malgré des mois de travail et de rencontres, on a été consultés mais pas écoutés ». Il regrette que le nouveau schéma soit présenté sans que soient fournies plus de précisions sur les impacts. « A part concentrer une très grosse manne financière, qu'en sera-t-il de la considération apportée à nos zones rurales très différentes, des économies d'échelle qu'on aurait pu réaliser avec des communautés de communes proches, de la gestion des compétences ? Quelles seront les incidences au plan administratif, financier ? Nous craignons que les charges de fonctionnement augmentent au lieu de diminuer. Plus on va créer de surfaces importantes, plus on va être obligé de recréer des services de proximité pour répondre à l'habitant ». « Mais nous gardons espoir, souligne Hubert Roffat. Le préfet a voulu présenter un projet ambitieux à la demande de Marylise Labranchu. Mais il a précisé aussi que c'était une base de travail et qu'il restait ouvert à la discussion. Il a d'abord posé la limite entre le nord et le sud de la Loire en fixant le centre au niveau de Balbigny. Aujourd'hui, on se remet au travail. » Rendez-vous dans deux mois.

Aline Vincent

1) Commission départementale de coopération intercommunale composée à 40 % d'élus municipaux, 40 % de communautés de communes, 10 % de conseillers généraux, 5 % de conseillers régionaux et 5 % de syndicats.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide