Fermer la publicité

« O Féminin 2014 » : elles ont osé

Loire le 08 mars 2015 - Xavier Alix - Économie - article lu 362 fois

« O Féminin 2014 » : elles ont osé
Les lauréates encadrant J.-L. Gagnaire et les présidents d'Initiative Loire et Loire active

Journée de la femme en vue (8 mars), Initiative Loire et Loire active mettaient en lumière lundi les deux nominées ligériennes, dont une gagnante dans sa catégorie, de leur concours 2014 « Initiative O Féminin ».

« En entreprise, c’est comme en politique. Les femmes ne veulent se lancer qu’avec toutes les assurances, les garanties. Ce n’est pas le cas des hommes, souvent trop sûrs d’eux... » Cette manière de dire aux femmes « osez sans complexes » est du député stéphanois Jean-Louis Gagnaire, par ailleurs vice-président de la Région à l’économie.
Région qui soutient largement les deux réseaux d’aide à la création d’entreprise Initiative Rhône-Alpes et Rhône-Alpes active, co-organisateurs du concours « Initiative O féminin ». Deux structures qui comptent des déclinaisons départementales encourageant des porteuses de projet les ayant sollicitées à candidater. D’où la petite cérémonie de lundi dans les locaux stéphanois de la Région présentant les deux Ligériennes, dont une gagnante, parmi les 32 nominées de 2014 sur 136 candidates. Cette 5e édition comptait 8 catégories. Les lauréates obtenant 2 000 € pour leur entreprise.
Farida Seidi, 50 ans a été nominée dans la catégorie « nouveaux métiers féminins ». Suite à un souci de santé, cette directrice artistique et chorégraphe spécialiste de la danse a repris ses études - master régisseuse générale à Lyon (3 femmes sur 17 dans la promo !) -  puis a créé en octobre 2013 Farida event’s, organisation d’événements culturels. « Cette première année s’est bien passée mais 99 % de mon premier CA (63 000 €) s’est réalisé dans l’organisation de spectacles de danse où j’ai mes réseaux m’ayant fait travailler à Paris et même au Caire. Sur Saint-Etienne, difficile de s’imposer face aux gros en place. Quant au métier de régisseur général, il est encore trop considéré comme acquis aux hommes. »
Problème que ne connaît pas Frédérique Chazot, 43 ans qui a osé créer sa propre société d’Intérim et de recrutement, Aquila RH, en janvier 2014, lauréate du prix service aux entreprises. « Je travaillais déjà dans ce domaine pour une grande société. J’ai été licenciée lors d’une restructuration. J’avais envie, c’était l’âge, le moment. Certes, le secteur n’est pas forcément au beau fixe mais nous amenons une plus value sur la capacité à identifier de bons candidats recherchés. Mon CA restera secret, le bilan est positif ! J’en suis à deux salariées, peut-être une 3e en 2014. » 
Encourageant (e). De même cette statistique : de 2009 à 2013, les entreprises soutenues par les deux réseaux et dirigées par les femmes est passé de 36 à 43 %.

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide