Fermer la publicité

« Nanine » au théâtre de Vienne Voltaire sans Zadig

Isère le 15 mars 2015 - Eric SéVEYRAT - Spectacle, Théâtre - article lu 241 fois

« Nanine » au théâtre de Vienne Voltaire sans Zadig
(photo Simon Gosselin) - Jeudi 19 et vendredi 20 mars à Vienne

Alors que nous nombreux sommes, depuis le 7 janvier, à nous accrocher au Siècle des Lumières et de lire (relire) Le Traité sur la tolérance, Laurent Hatat et ses comédiennes tournent avec Nanine depuis 2012 dans tous les théâtres de France : « Je ne peux pas penser que je ne serais pas là dans les théâtres pendant la tournée, confie Laurent Hatat. »

Avant Vienne, c’était Strasbourg, puis Troyes. Après Vienne, il y aura de nombreux théâtres jusqu’à la fin de saison avec une dizaine de représentations à la Criée à Marseille. Nanine de M. Arouet est jouée par des femmes, avec ce sous-titre éloquent : « Comment faire avec les filles pauvres quand elles sont belles ». La pièce est additionnée, entre les répliques en décasyllabes, de moment musicaux et de chansons  que le metteur en scène qualifie de « plutôt jazzy ». Animamotrix est une compagnie nordiste. Coproduction Théâtre du Nord, Centre Dramatique National du Nord-Pas de Calais. Quelques questions à Laurent Hatat.

Cette Nanine de Voltaire est-elle un peu « moliéresque » ?


(Rires) […] On est en 1749, cette pièce est une « comédie sensible » qui annonce un peu Diderot et Beaumarchais, qui ont commencé à théoriser le théâtre dramatique, c’est d’ailleurs en montant Beaumarchais, que j’ai découvert qu’il parlait de Nanine dans la préface de l’une de ses pièces. Le drame au théâtre n’existe pas encore vraiment. Avec une trame classique qui ne ferait plus scandale aujourd’hui (un homme de classe sociale aisée tombe amoureux d’une jeune femme pauvre), on alterne les moments de comédie et de drame. On le joue plus tragique.
Pourquoi cette distribution exclusivement féminine ?
Outre les rapports de classe, la pièce aborde les rapports hommes-femmes. Je trouvais qu’une femme dans le rôle d’un homme faisait ressortir les travers machistes du personnage masculin.


Pourquoi le théâtre de Voltaire est-il si peu joué ?

La philosophie de Voltaire a fait de l’ombre au théâtre, et longtemps, son théâtre est resté avec l’étiquette d’une curiosité littéraire, avec un préjugé défavorable. Et ainsi il n’était jamais monté par les gens de théâtre. Voltaire qui était une star à son époque, était adulé par les jeunes de son temps pour ses textes mais on considérait que son théâtre était écrit comme au siècle de Racine et Corneille. Sa pièce la plus jouée, Zaïre a été jouée au Français depuis 250 ans devant 2,5millions de spectateurs. On sait cela grâce à la Comédie française, mais elle n’a pas été montée, je crois, depuis 1949 au Français.

Vous aimez particulièrement alterner mettre en scène des auteurs anciens et des auteurs contemporains ?


Ce n’est pas par souci de l’alternance, c’est juste que je retrouve les thématiques qui me sont chères dans les auteurs contemporains que je choisis tout autant que dans les XVIIIè siècles. Dans Voltaire autant que chez Didier Eribon, que j’ai adapté pour le théâtre, avec Retour à Reims.
Connaissez-vous le théâtre de Vienne ?
Oui, c’est une bonbonnière assez étonnante et je pense que la proximité avec les acteurs devrait donner de bons moments, dans la comédie notamment.

Propos recueillis par Eric Séveyrat
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide