Fermer la publicité

Le palais des sports réservé au basket et au volley

Loire le 11 septembre 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 411 fois

Le palais des sports réservé au basket et au volley
Louis Pralus - Jean-Marc Detour pense aux élèves d'abord

Le palais des sports, rénové après des dégâts d'eau, est réservé désormais au basket et au volley. Il faut aller dans d'autres gymnases pour hand-ball et badminton. Les professeurs d'EPS d'Albert Thomas refusent.

Partie de bras de fer entre l'adjoint aux sports de la Ville de Roanne, Jean-Marc Detour, et les professeurs d'éducation physique d'Albert Thomas. Fermé pendant un an, et remis totalement en état pour 200 000 €, le palais des sports, qui accueillait le basket, handball, volley et  badminton du lycée Albert Thomas, sera réservé au basket (Chorale amateurs, Roannais basket féminin) et  volley. La Ville n'a pas voulu ajouter d'autres traçages (qui auraient coûté 20 000 €). Invitation donc à  A. Thomas de se déplacer vers d'autres équipements pour handball et badminton.

Mais les professeurs d'éducation physique d'A. Thomas ne veulent pas quitter le palais des sports. J.-M. Detour leur propose d'adapter leurs activités aux gymnases spécialisés, en tournant sur quatre équipements, et dans un an ils auront deux gymnases où ils pourront tout faire : le palais des sports et le gymnase Albert Thomas. Mais c'est non. Ils ont fait une pétition, rejoints par leurs collègues de Carnot. Ils refusent de donner leurs horaires et menacent de ne pas donner les cours.

Pour Yves Nicolin, pas question de reculer. « S'ils ne veulent pas faire de cours, il n'y en aura pas, c'est tout ! » Jean-Marc Detour veut cependant continue le dialogue mais ne comprend pas cette attitude. « Ce n'est pas normal de s'approprier cette salle du palais des sports. On a l'obligation de fournir les équipements sportifs à tous les élèves du public et du privé. Ils prennent les élèves en otage. Dans un an ils auront trois gymnases à 200 m l'un de l'autre ! On leur demande juste un effort pendant un an! »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide