Fermer la publicité

L'hôpital de Roanne redresse la tête

Loire le 16 janvier 2015 - Louis PRALUS - Sciences, Santé, Environnement - article lu 603 fois

L'hôpital de Roanne redresse la tête
Louis Pralus - Le Dr Mirlicourtois (au micro), le Dr Calmon, Yves Nicolin

La direction provisoire de l'hôpital , mise ne place par l'ARS, est optimiste. L'hôpital de Roanne sort de l'impasse.

L'hôpital de Roanne a connu une année 2014 bouleversée. Le directeur, mis par l'agence régionale de santé, pour  redresser la situation financière, le Dr Michel Calmon, en a retracé  les  étapes. L'ARS a voulu une administration provisoire, après avis de la chambre régionale des comptes, parce que les mesures de l'ancienne direction n'avaient pas permis un retour à l'équilibre  et ses propositions nouvelles étaient jugées insuffisantes. Le 9 juin arrive une direction provisoire avec mission de redresser les finances et définir des orientations stratégiques. Diagnostic : déficit important, endettement important mais des points positifs. Le Dr  Calmon constate : « Peu d'hôpitaux ont un niveau de qualité d'hôtellerie et de plateau technique aussi élevé. Le bloc opératoire est d'un très haut niveau. »
Il y avait alors les remèdes pour atteindre le redressement économique. Le directeur parle d'un « véritable dialogue social » et d'un plan équilibré, diminuant les dépenses (suppressions d'emplois mais sans licenciements avec départs en retraite non remplacés et CDD non renouvelés) et développant des recettes. Parmi celles-ci, le développement du service dyalise qui évitera des séances à Saint-Etienne ou Lyon et amènera de nouvelles recettes.
Financièrement l'hôpital est sur la bonne voie. D'un déficit de 6 M€ à l'arrivée de la direction provisoire on passera à moins de 5 M € cette année et à 2 M € l'an prochain. « On investira à nouveau, annonce-t-il, et ce sera un hôpital de référence pour le Nord du département en complémentarité avec la clinique du Renaison avec laquelle on signera une coopération. » Le Dr Calmon conclut : « 2015 s'annonce sous de bons auspices ; l'hôpital est en convalescence ! »
Le Dr Serge Mirlicourtois, président de la commission médicale, participe à cet optimisme renaissant en précisant : « L'hôpital n'a pas de but lucratif mais on utilise les finances publiques au mieux. Donc il faut  équilibrer le budget et avoir une activité médicale efficiente. » Yves Nicolin, président du conseil d'administration, a parlé aussi d'année angoissée mais a marqué que la Ville a des projets économiques et que « l'hôpital va mieux et continue à se moderniser ! »
Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide