Fermer la publicité

Immobilier : la Loire est le département le moins cher de la région

Loire le 13 avril 2017 - Sophie Bonnevialle-Chesneau - Actualités

Immobilier : la Loire est le département le moins cher de la région
Georges Rivoire

Les notaires de la Loire présentaient le 11 avril leur traditionnel « Observatoire », qui donne les grandes tendances de l'immobilier dans le département, même les plus récentes.

 « Le phénomène marquant de l’année 2016, c’est l’augmentation des volumes ». Me Alain Courtet est notaire référent du département concernant les bases de données immobilières. Sur un an, l’évolution des volumes de ventes des appartements anciens est de + 14,1 %, + 10 % sur les maisons anciennes. Ces dernières sont particulièrement prisées. « Elles sont recherchées car elles sont souvent dotées de grands terrains, plus vastes que dans de la construction », précise Me Philippe Regent. Les aides existantes pour la rénovation des maisons, comme le crédit à taux zéro, participent également à la bonne santé de ce marché, selon le notaire montbrisonnais. Les contraintes mises en place par les Scot sont également importantes et limitent la construction.

150 000 € pour une maison dans la Loire

En matière de prix, pour une maison ancienne dans le département, il faut compter autour des 150 000 €. Les réalités sont très variables d’une zone à l’autre, notamment dans la Plaine du Forez sud, où le prix médian pratiqué est de 199 200 €. Dans les Monts du Forez, il est de 78 000 €. Dans le Roannais, une maison ancienne s’achète en général autour de 128 900 €. Du côté des maisons secondaires, il faut débourser autour de 152 400 € pour s’offrir une maison de campagne.

Par ailleurs, la Plaine du Forez est toujours prisée, notamment par les jeunes couples « ils ont tendance à faire plus de kilomètres pour s’installer, comme à Montbrison, qui a pris 700 habitants en trois ans », note Me Philippe Regent. D’ailleurs, les 30-39 ans sont les plus représentés parmi les acheteurs tous biens confondus.

Pour la partie des terrains à bâtir, le prix médian est de 52 100 €, ce qui représente une baisse de 7,1 % sur un an : « cela peut être imputable à la hausse de la taxe d’aménagement qui a presque doublé, plus globalement au poids de la fiscalité dans le neuf », note Me Wilfried Merle, vice-président de la Chambre des notaires de la Loire.

Saint-Etienne la moins chère des villes-préfectures voisines

Les notaires observent au global un « net ralentissement de la baisse des prix des appartements en 2016 », selon Me Alain Courtet, notaire associé à Saint-Etienne. En effet, cette année là, une diminution de -2,7 % dans la Loire et -3,1 % à Saint-Etienne a été observée. Sur le marché des appartements anciens, la Loire se place en dernière position des départements limitrophes, avec un prix médian de 970 €/m2. Saint-Etienne est également la moins chère des villes-préfectures voisines, avec un prix médian de 900 €/m2. Toujours sur les appartements anciens, Saint-Etienne connaît des réalités différentes selon les quartiers : le secteur Terrasse-Bergson-Carnot arrive en première position avec un prix de 1 090 €/m2.

A noter aussi une belle progression du quartier Préfecture Jacquard, qui a pris 11,8 % en un an, laissant quand même le prix du mètre carré à seulement 870 €. « On peut penser que les actions publiques menées sur ces quartiers ces dernières années commencent à porter leurs fruits », indique Me Alain Courtet, qui souligne aussi des « réalités très différentes selon le type de bien ». Ainsi, il a donné pour exemple « l’ancien rénové, dans un bel immeuble bien placé qui se chiffre à 1 300 €/m2 ».

Toujours en matière d’appartements anciens, la Métare / Portail rouge est le moins cher des quartiers stéphanois, avec un prix incroyablement bas de 730 €/m2. « 2016 est aussi l’année de l’investissement locatif, notamment à Saint-Etienne, ce qui explique que les petites surfaces soient prisées ». Un investissement locatif encouragé également par les taux d’intérêt « historiquement bas » (lire encadré).

Les appartements neufs, eux, connaissent un tout autre sort, « avec des prix dans la moyenne régionale », selon Philippe Regent. Le prix médian est de 2 920 €/m2, notamment imputable aux « coûts invariables de la construction ».

Sophie Bonnevialle-Chesneau

 

 

« Des taux d’intérêt historiquement bas »

Thierry Bernard est le directeur général adjoint du crédit agricole Loire Haute-Loire. Selon lui, au niveau des taux d’intérêt, « on n’a dans l’histoire jamais connu des conditions comme celles-ci, liées au mode d’intervention des banques centrales et principalement de la BCE ». Ils ont atteint « leur plus bas en novembre 2016, on observe une légère remontée depuis le mois de décembre, mais elle reste très limitée, soit 0,25 % », « ce qui reste très propice à l’investissement ». En termes de taux, « selon la qualité du dossier », la moyenne sur 20 ans se situe autour de 1,60 % sur 20 ans.

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide